Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

L’Océanie intertropicale : les Etats (2/2)

vendredi 20 août 2010 par Michel LEXTREYT
  Sommaire  

 SALOMON (Îles)

Type de gouvernement : Monarchie parlementaire (reconnaît
la reine d’Angleterre comme chef de l’État)

Tableau de bord

Population : 535 000 hab. (2009)
Superficie : 28 500 km2
Densité : 19 hab. / km2
Capitale : Honiara
Monnaie : dollar salomonais
PIB / hab. : 753 dollars US
Taux de croissance (2007) : 10 %
IDH : ?

Données 2009 (sources croisées : CPS, Banque mondiale, Index mundi, OMS, FMI)

Aperçu géographique

Les îles Salomon sont un archipel de 29 000 km2 situé à l’est
de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cet archipel se découpe
en 9 provinces, chacune constituée de plusieurs îles. Il
s’étend sur 1 500 km du nord au sud. À l’extrême nord, l’île
de Bougainville fait géographiquement partie de l’archipel
des îles Salomon, mais appartient à la Papouasie-Nouvelle-
Guinée. La capitale des Salomon est Honiara, située sur l’île
de Guadalcanal.

Les neuf provinces : 1- Centrale – 2- Choiseul – 3- Guadalcanal – 4- Isabel –
5- Makira-Ulawa – 6- Malaita – 7- Renell et Bellona – 8- Temotu – 9-
Occidentale (la capitale, Honiara, située sur l’île de Guadalcanal, est gouvernée
séparément)

Situation économique

Les Îles Salomon sont le pays le plus pauvre de la région Pacifique et présentent des indicateurs de développement
humain de faible niveau. L’essentiel de l’économie repose sur l’agriculture de subsistance, sur la pêche et sur
l’exploitation de la forêt. L’agriculture fournit quelques produits à l’exportation comme le coprah, le cacao et l’huile de
palme. Dans le domaine de la pêche, une conserverie japonaise en joint venture a fermé ses portes en 2000 à cause des
conflits ethniques et donc de l’in sécurité. Elle a ré-ouvert depuis, sous capitaux locaux et exporte du thon en boîte vers
les autres pays mélanésiens. On signalera au passage que Honiara est le siège de l’Agence des Pêches du Forum. La
forêt quant à elle est dangereusement surexploitée par des firmes étrangères au pays. Depuis 1998, une firme
australienne, la Ross Mining of Australia, commence à extraire de l’or sur Guadalcanal. D’autres gisements (or, zinc,
nickel, chrome) existent également. Un faible tourisme vient compléter les maigres recettes du pays.
Le pays a beaucoup souffert de la guerre civile et doit aujourd’hui plus qu’hier s’en remettre à l’aide internationale
(Australie, Nouvelle-Zélande, Union européenne, Japon, Taiwan…), même s’il semble aujourd’hui en nette reprise
économique (10% de croissance en 2007). Il est aussi très vulnérable aux catastrophes naturelles (cyclones,
tremblements de terre, volcanisme…).

Vers l’indépendance

À la fin de la guerre, l’archipel est ravagé par les combats. Les plantations sont détruites et aucune indemnité de guerre
n’est versée pour la reconstruction . Par contre, durant le conflit, l’économie du dollar a gagné le pays. Les Salomonais
ont vu des GI noirs sembler avoir les mêmes droits que les blancs. Des idées anti-coloniales commencent à se
développer autour d’un mouvement de contestation : le Maasina Ruru (transformé par l’occupant en Marching Rule).
Mais les leaders du mouvement sont arrêtés en 1948 et le calme revient.
Dans les années 1950, les Anglais créent des Conseils locaux, puis un Conseil législatif et exécutif à l’éch elle du pays.
Les 15 membres du Conseil législatif et exécutif sont d’abord nommés par le Haut-Commissaire, puis progressivement
élus par les membres des conseils locaux. La première élection nationale a lieu en 1964 (siège d’Honiara). En 1967, 14
des 15 sièges sont pourvus par des élections. Des élections ont lieu à nouveau en 1970, avec l’introduction d’une
nouvelle constitution qui remplace le Conseil exécutif et législatif par un Conseil de gouvernement, ayant plus de
prérogatives et permettant aux Salomonais de mieux participer à la vie locale aux côtés de l’administration coloniale.
Une nouvelle constitution est votée en 1974 pour accroître encore les pouvoirs locaux et arriver à un statut proche de
celui de Westminster avec un gouvernement conduit par un Chief Minister, une sorte de Premier ministre. Le premier
Premier ministre a été Solomon Mamaloni.
À ce moment, l’Angleterre n’envisage pas d’accorder l’indépendance aux îles Salomon. Mais la crise économique
mondiale qui éclate alors, et l’indépendance de la Papouasie-Nouvelle-Guinée actée en 1975, vont précipiter les choses,
alors que les Salomonais eux-mêmes n’y songent pas, mis à part une frange de l’élite d’Honiara. En 1975, le protectorat
anglais des îles Salomon devient les îles Salomon. Le 2 janvier 1976, le pays accède au self-government et les Anglais
poussent alors à une indépendance précipitée qui est accordée le 7 juillet 1978.

Institutions et vie politique

Les institutions

Les Salomon sont une monarchie parlementaire qui reconnaît la reine d’Angleterre comme chef de l’État. La reine est
représentée par un gouverneur général choisi par le Parlement pour une durée de cinq ans. C’est le Premier ministre (qui
gouverne le pays. Il est élu par le Parlement et nomme son gouvernement. Le Parlement est unicaméral. Il est composé
de 50 membres élus pour 4 ans au suffrage universel (plus de 18 ans) dans des circonscriptions à siège unique. Il peut
être renversé par une motion de censure. Le gouverneur général nomme le président de la Cour suprême sur conseil du
Premier ministre et du leader de l’opposition. La plus haute instance judiciaire est le Con seil privé du Royaume-Uni.
La vie po litique
La vie politique au x îles Salo mon est extrêmement agitée. L’instabilité gouvernementale dure depuis l’indépendance du
pays. Les gouvernements se succèdent alors que la situation économique se dégrade et que la corruption et la violence
s’installent. En fait, il y a autant de tendances politiques qu’il y a d’îles et les alliances se font et se défont plus en
fonction des personnes que des idées ou des programmes. Ll’actuel Premier ministre est Derek Sikua, qui a remplacé
Manasseh Sogavare en 2007.

David Derek Sikua (né en 1959) est l’actuel Premier ministre des îles Salomon. Il fait son entrée au Parlement en avril 2006, en tant
que député de la circonscription de Guadalcanal Nord-Est. En mai, il devient ministre de l’Education et du Développement des
ressources Humaines au sein du gouvernement dirigé par Manasseh Sogavare. En novembre 2007, il rejoint l’opposition dans un
contexte de crise provoqué principalement par l’affaire Julian Moti et la dégradation des relations entre les îles Salomon et
l’Australie. Le 13 décembre, Sogavare est démis de ses fonctions de Premier ministre par une motion de censure demandée par Sikua
lui-même. Le 20 décembre, le Parlement élit Sikua pour le remplacer. Derek Sikua obtint 32 voix, contre 15 pour son adversaire
Patteson Oti et devient officiellement Premier ministre le jour même.

Les défis à relever

Les défis à relever sont nombreux pour les îles Salomon :

  • lutter contre la pauvreté (le pays est le plus pauvre d’Océanie) ;
  • maintenir l’unité nationale, ce qui est co mpliqué dans un archipel où chaque île a son histoire (comme au Vanuatu) et
    n’adhère pas vraiment à la construction de la nation. Par ailleurs, le pays se caractérise par un éclatement linguistique
    problématique. L’anglais, la langue officielle, n’est guère parlé correctement que par 1 à 2 % de la population, qui
    s’exprime plus volontiers en pidgin (proche du bislama du Vanuatu). Mais même le pidgin, qui est la langue
    véhiculaire, n’est parlé que par 60 % de la population. Il existe par ailleurs 74 autres langues aux Salomon.
  • lutter contre la corruption ;
  • veiller à protéger l’équilibre écologique, fortement menacé par la surexploitation forestière.

Les aides

Les îles Salomon bénéficient d’aides directes de l’Australie (120 millions d’euros), de la Nouvelle-Zélande (13 M€), du
Japon, de l’Union européenne et de Taiwan.

DOSSIER : La guerre civile aux îles Salomon

Une véritable guerre civile commence en 1999 après une longue période de tensions sur l’île de Guadalcanal, entre les
habitants de l’île et de nouveaux venus arrivés de l’île voisine de Malaita. Il se crée une « Armée révolutionnaire de
Guadalcanal » qui terrorise les Malaitais qui fuient vers la capitale Honiara et créent une Malaita Eagle Force (MEF).
Le 5 juin, le MEF s’empare du gouvernement par la force et oblige le Premier ministre (Bartholomew Ulufa’alu) à
démissionner. Le 30 juin, un nouveau Premier ministre est élu, Manasseh Sogavare, qui met en place une coalition
nationale. Mais le désordre règne à nouveau sur Honiara et Guadalcanal et provoque le gel de l’économie. En 2003, le
gouverneur général des Salomon lance une requête pour une aide internationale, requête soutenue par le vote unanime
du Parlement.
Le 6 juillet 2003, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Fidji, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, proposent d’envoyer une force
d’intervention commune de 300 policiers et de 2 000 soldats sur Honiara. Cette décision entraîne aussitôt une annonce
de cessez-le-feu de la part du chef de guerre, responsable du Front de Libération de Guadalcanal, Harold Keke. Malgré
ceci, la force internationale arrive sur Honiara en août. Elle a pour mission de rétablir l’ordre qui ne peut être assuré par
une police corrompue. Harold Keke est arrêté.
Si l’ordre est alors à peu près rétabli, la situation politique demeure instab le, d’autant que l’économie du pays est en
grosse difficulté.

La mission d’assistance régionale pour les îles Salomon
Avant l’arrivée de la mission régionale d’assistance pour les îles Salomon (Regional Assistance Mission to Solomon Islands, ou
RAMSI), le 23 juillet 2003, le fonctionnement de l’administration et des services était complètement grippé du fait des graves
problèmes économiques et sociaux et de la corruption de nombreux fonctionnaires (dont les fonctionnaires de police), des militants et
des politiciens. Toutefois, l’arrivée de la RAMSI a entraîné une prompte restauration de la loi et de l’ordre, une stabilisation des
finances publiques et une croissance économique redevenue positive.
L’intervention de la RAMSI fut demandée par le gouvernement lui-même. Cependant, alors que la RAMSI arrive en phase 2 du
redressement de l’économie, de la loi et de la justice, des politiciens au niveau de l’État et des régions, des homes d’affaires et des
militants, tous poursuivis pour fraude, corruption, activités criminelles font tout pour mettre la RAMSI dehors. De fait, à la suite des
conclusions du rapport d’un cabinet spécial, le Parlement a demandé en février 2005 à ce que la RAMSI s’en tienne au maintien de
l’ordre et ne s’ingère plus dans les affaires économiques, judiciaires ou relevant de la réforme du secteur public
La situation politique
La situation politique dans le pays est assez instable jusqu’à aujourd’hui. De nombreux ministres sont en prison. Certains ont été
reconnus coupables et condamnés. D’autres sont sous le coup d’enquêtes pour corruption et activités criminelles. De fait, un
mouvement anti-gouvernemental fomenté par les personnes inculpées tente de faire renverser le gouvernement. Si le gouvernement
était renversé, s’en serait fini de l’intervention de la RAMSI aux îles Salomon. Et cela signifierait que le pays retombe rait dans le
chaos.
Par ailleurs, on discute dans le pays d’une transformation de la Constitution, qui ferait évoluer le pays vers une structure fédérale.
Cette idée n’est pas nouvelle. Elle est apparue dès l’indépendance du pays. De nombreuses campagnes d’information et de
sensibilisation pour une structure fédérale sont organisées. Toutefois, l’île de Malaita, la plus peuplée, y est farouchement opposée et
menace de faire sécession si les Salomon adoptaient un statut d’État fédéral.

United Nations development program (UNDP)

En haut à gauche : mai 2000. Un membre des MEF (Malaita Eagle Force) en patrouille dans les
environs d’Honiara, deux semaines avant le coup d’État du 5 juin 2000. L’homme porte un gilet sur
lequel on peut lire le slogan : « if, God before us who can be against us ».
Les tensions ethniques se sont amplifiées à la fin des années 1990. À cette époque, le Isatabu
Freedom Movement (IFM) réclama des droits coutumiers sur des terres de l’île de Guadalcanal
accaparées par des immigrés Malaitais. Ceux-ci, se sentant menacés, se regroupèrent dans une force
de défense, les MEF, qui peit le pouvoir par la force le 5 juin (voir plus haut).
Au centre et à droite : le 23 août 2003, spectacle au stade de foot-ball d’Honiara. Les soldats
australiens de la RAMSI, sous l’œil d’une foule solidaire, rassemblent les armes récupérées à la suite
d’un cessez-le-feu, afin de les détruuire.
Crédit photo : Australian War Memorial


titre documents joints

Tonga

20 août 2010
info document : PDF
224.4 ko

Tuvalu

20 août 2010
info document : PDF
304 ko

Samoa

20 août 2010
info document : PDF
539.2 ko

Salomon

20 août 2010
info document : PDF
409.3 ko

Palaos

20 août 2010
info document : PDF
176.4 ko

Papouasie Nouvelle-Guinée

20 août 2010
info document : PDF
248.3 ko

Nauru

20 août 2010
info document : PDF
501.2 ko

Marshall

20 août 2010
info document : PDF
108.3 ko

Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 1961 / 993307 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Se documenter  Suivre la vie du site Histoire  Suivre la vie du site Période contemporaine   ?