Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

L’Océanie intertropicale : les Etats (1/2)

vendredi 20 août 2010 par Michel LEXTREYT

 FIDJI

Type de gouvernement : République ( ?)

Tableau de bord
Population : 845 000 hab. (2009)
Superficie : 18 300 km2
Densité : 46 hab. / km2
Capitale : Suva
Monnaie : dollar fidjien
PIB / hab. : 6 000 dollars US
Taux de croissance (2007) : 3 %
IDH : 0,864

Données 2009 (sources croisées : CPS, Banque mondiale, Index mundi, OMS, FMI)

Aperçu géographique

La République des îles Fidji se compose de 322 îles (dont 106 habitées)
et de 522 îlots. Environ 87 % de sa population se concentre sur les deux
îles principales de Viti Levu et Vanu a Levu, qui couvrent 87 % environ
de la superficie totale du pays (18 274 km2). La République a pour
capitale Suv a, située au sud-est d e Viti Levu. Il existe d eux autres villes
importantes : Lautoka et Savusavu (sur Vanua Levu). L’aéroport
international de Nadi (on prononce Nandi) se trouve au nord-ouest de
Viti Levu, près de Lautoka, à l’opposé donc de la capitale.
Les îles Fidji sont découpées en
quatre « divisions » : centre,
nord, occidentale, orientale et
une dépendance, Rotuma,
située au nord de l’archipel.

Situation économique

La situation économique s’est rétablie après le coup d’État de 2000, malgré l’émigration massive des Indo-Fidjiens. L’OCDE estime
que Fidji a alors perdu 61 % de sa main d’œuvre qualifiée, souvent remplacée par une immigration d’origine chinoise.
L’économie a ainsi connu une croissance de 3% pour 2006. Le secteur du tourisme, principal pourvoyeur de devises, est resté le
moteur de la croissance avec 507.000 touristes enregistrés en 2004 (+ 18% par rapport à 2003). D’autres secteurs ont progressé,
comme l’extraction de l’or, l’industrie forestière ou la production d’eau minérale. Les investissements étrangers ont augmenté.
Depuis le coup d’état du 5 décembre 2006, la situation économique s’est à nouveau dégradée au point que le gouverneur de la
Banque centrale estime que l’économie ne devrait pas pouvoir retrouver avant 2009 son niveau de 2006. La croissance devrait être
négative en 2007 (estimation -2,5%). Le tourisme en particulier subit de plein fouet les répercussions de la crise politique.
Le secteur sucrier (10% du PNB, 200 000 emplois directs et indirects), qui dépend de l’accès privilégié au marché européen, traverse
une crise profonde.
Dans le cadre de la réforme de l’organisation commune du marché du sucre, Fidji bénéficie d’un programme d’accompagnement
financé au titre des actions extérieures de l’Union Européenne. L’allocation 2007 sera nulle. Les allocations 2008 à 2010 seront liées
à la bonne mise en œuvre des engagements contractés par le gouvernement intérimaire pour un retour à la démocratie.

Source : France Diplomatie, mis à jour le 6 mars 2008

Quelques éléments pour mieux comprendre la situation aux îles Fidji…

Fidji devient colonie britannique en 1874. Les Anglais y font venir des travailleurs indiens pour les
plantations de coton puis de canne à sucre entre 1878 et 1920. En 1963, Fidji accède à l’autonomie, avec la
mise en place d’un conseil exécutif, qui devient conseil des ministres en 1965 et d’un conseil législatif à
majorité locale. La colonie accède à l’indépendance en 1970. L’indépendance met face à face deux
communautés aux effectifs à peu près égaux mais qui ne peuvent s’entendre pour partager le pouvoir… Mais
la constitution bien peu démocratique, imaginée par les Anglais sous la pression des Mélano-Fidjiens, ne
permet théoriquement pas aux Indiens de s’emparer du pouvoir. Par ailleurs, les Mélanésiens contrôlent la
police, l’armée et le foncier, alors que les Indiens dominent le commerce.

Le commodore Franck Bainimarama

Cliquez ici pour une analyse de la situation depuis 1970

Les aides au développement

En matière d’aide au développement, les Iles Fidji bénéficient des soutiens suivants :

  • Banque Asiatique de Développement : prêts à taux préférentiels à hauteur de 40 M $, pour la période 2005-2007, pour
    des projets d’infrastructure (électrification des zones rurales en énergie renouvelable, rénovation et agrandissement des
    aéroports de Nadi et de Suva-Nausori, travaux routiers)
  • FED : 21M€ consacrés à l’éducation et au développement des infrastructures au titre du 9è me FED (envelopp e A) sur la
    période 2004-2008. En 2003, 11,3 M€ ont été décaissés au titre du 8è me FED.
  • Aides bilatérales : en 2004 - Japon 3,86M€ - Chine 2,81 M€ - Australie 7,35M€ - Nouvelle-Zélande (1,61M€) -
    France DGCID (0,6 M€). Le Fo nds Pacifique a contribué en 2004 à des actions bilatérales menées par n os territoires du
    Pacifique avec Fidji - La Grande Bretagne a cessé toute aide bilatérale en 2004. À no ter le renforcement de l’action de
    la Chine : visite en août 2006 du ministre chinois des Affaires Étrangères avec la signature d’un protocole d’accord de
    1,4 M€ et confirmation d’un prêt de 300 M€ pour des projets à définir.
Source : France Diplomatie, mis à jour le 6 mars 2008

titre documents joints

Kiribati

21 août 2010
info document : PDF
147.5 ko

États Fédérés de Micronésie

21 août 2010
info document : PDF
124.6 ko

Fidji

21 août 2010
info document : PDF
223.1 ko

Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 1025 / 1006033 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Se documenter  Suivre la vie du site Histoire  Suivre la vie du site Période contemporaine   ?