Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

L’Océanie tempérée

samedi 17 juillet 2010 par Jean-Claude YAGUES

Présentation générale : Qu’appelle-t-on l’Océanie tempérée ?

JPEG - 22.2 ko

1- Je sais reconnaître deux grands Etats :

2- Localisez-les et colorie les en vert sur le planisphère.

3- Repassez en rouge les lignes imaginaires.
Dans quel hémisphère se trouvent-ils ? ……………………………………….
Localisez-les par rapport aux lignes imaginaires :……………………..
……………………………………………………………………………………………………………………
L’Australie mérite-elle d’être classée en totalité dans
l’Océanie tempérée ? …………………………………………………………………………….

4- Par rapport au reste de l’Océanie comment vous apparaît :
- l’Australie : …………………………………………………………………………………………..
- la Nouvelle-Zélande ? ……………………………………………………………………….
Quelle est la particularité de presque tous
les pays représentés ? …………………………………..

5- Complètez la carte ci-dessus en :
- Repassant les lignes imaginaires
- Indiquant les pays suivants à l’aide des
numéros : Nouvelle Zélande, Nouvelle-
Calédonie, Polynésie française, Hawaï,
- je suis une nation, au delà de l’océan indien et du Pacifique,
considérée comme le bout du monde. Je me situe « tout en
bas » (down under), je suis : ………………………….
- Peu de gens savent où je me trouve, une île perdue au fond
du Pacifique, au pôle Sud pour ainsi dire, je suis : …………………
Philippines, Indonésie, Papouasie,
Nouvelle Guinée, Australie.

6- A l’aide de l’échelle calcule les distances :
Australie / Nlle Calédonie : ………………………
Nlle Zélande / Nlle Calédonie : …………………
Australie / Nlle Zélande : ………………………….

7- Pourquoi dit-on que l’Australie est tout
en bas (down under) ? ……………………………………
Doit-on dire cela en géographie ? …………….

Travail de recherche : (à faire au C.D.I)

* Quels sont les éléments d’unité et de diversité entre ces deux ensembles ?

JPEG - 30.7 ko

I- Les milieux géographiques

* Quels éléments naturels peuvent être un obstacle pour chacun des deux pays ?

A- L’Australie

Le relief :

JPEG - 12.5 ko

On peut découper l’Australie en trois
grandes régions :

  • la cordillère australienne qui suit la côte orientale sur près de 3000 km. Elle réunit les plus haut sommet.
  • le grand plateau occidental (…) qui occupe plus du tiers de pays et réunit le grand désert de sable, le désert de Gibson et celui de Victoria.
  • les immenses plaines alluviales du centre-Est occupées par des lacs salés et de grands fleuves.

1- Dans la légende, attribuez à chacun des ensembles ( ) une couleur et coloriez la
carte.
2- Sachant que l’Australie c’est 14 fois la France, 400 fois la Nouvelle-Calédonie, qualifiez
à l’aide d’un adjectif le pays : ………………………………………………………..

Les climats :

JPEG - 17.2 ko

On distingue 5 zones climatiques :

  • le Nord et le Nord-Est connaissent un climat tropical, caractérisé par des t° élevées, des saisons chaudes et pluvieuses, parfois sujet à des cyclones.
  • Sur la côte centre c’est un climat subtropical avec une saison fraîche plus marquée.
  • Au centre, la zone aride est la plus vaste avec des températures très élevées et de faibles précipitations.
  • Au Sud-Est le climat est tempéré, de type aride océanique avec des précipitations en toutes saisons, des étés chauds et des hivers frais.
  • Au Sud-Ouest et au Sud règne un climat méditerranéen, caractérisé par des étés chauds et secs et des hivers doux et pluvieux.

1- Dans la légende, attribuez à chacun d’entre eux une couleur et coloriez la carte.

2- Quel problème se pose dans la majeure partie du pays ?
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

B- La Nouvelle-Zélande

Le relief :

JPEG - 15.4 ko

Les deux grandes îles néo-Zélandaises ont des côtes très découpées et un relief montagneux ; les plaines
sont nombreuses mais leur superficie est généralement
très faible.
L’île du Nord, ou île fumante, est remarquable par ses
paysages volcaniques : certains volcans n’ont plus
d’activité (Mont Egmont), d’autres ont encore des
éruptions (Ruapehu) ; la Nouvelle Zélande fait partie de
« la ceinture de feu » du Pacifique. Sur le plateau
central, les sources chaudes, les geysers, les jets de
chaleur constituent une originalité du pays. Mais en plus
des formes volcaniques, on trouve de lourds massifs. Les
mouvements du sol sont très récents et même actuels ;
les tremblements de terre sont fréquents.
L’île du Sud, ou île de Jade, n’a pas de volcans, mais ses
montagnes sont plus élevées que celles de l’île du Nord,
et, en raison de la latitude, les températures sont plus
basses et les sommets sont occupés par de vastes
glaciers (Tasman). Ce sont les Alpes néo-Zélandaises. De
très beaux lacs occupent certaines vallées glaciaires.
Sur la côte Sud-Ouest, les vallées très profondes ont
été envahies par la mer, les Fjords néo-Zélandais sont
aussi grandioses que ceux de la Norvège.

1- Coloriez la légende et la carte à l’aide du texte.

2- Qu’appelle-t-on la ceinture de feu ? ……………………………………………………………………………………..

3- Quelles sont les contraintes liées au relief ? …………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………

4- Quels sont les mots qui caractérisent le relief de :
l’île du Nord : …………………………………………….
l’île du Sud : ……………………………………………….

Les climats :

JPEG - 11 ko

L’ensemble de l’archipel est dominé par un climat : ……………………………
Quelles sont les régions :
- les plus humides ? …………………………………………………………………..
- les plus sèches ? ……………………………………………………………………..

Réponse à la problématique de la leçon :
* Quels éléments naturels peuvent être un obstacle pour
chacun des deux pays ?

Pour l’Australie : ………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

Pour la Nouvelle-Zélande : ……………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………….

II- Les hommes et leur espace

A- En Australie

La répartition de la population en Australie :

* Quels sont les grands déséquilibres dans la répartition de la population ?

JPEG - 17.7 ko

1- Complétez et coloriez la légende de la carte.

2- Après avoir recherché le nombre d’habitants, calculez la densité humaine de l’Australie :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3- Placez les villes suivantes : Sydney, Melbourne, Camberra, Brisbane, Adélaïde, Perth.

4- Où se concentre la population australienne ? …………………………………………………………………………………………….

5- Quelles raisons peut-on avancer pour expliquer les espaces vides ? ……………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

6- Qu’appelle-t-on l’outback ou le bush ? …………………………………………………………………………………………………………

7- Proposez une réponse à la problématique initiale :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Une mosaïque ethnique :

* Peut-on parler d’une société multiculturelle ?
D

JPEG - 9.7 ko

1- Classe par ordre décroissant les différentes communautés qui forment la population
australienne : ……………………………………………………….…………………………………………………………………………………………………

2- Parmi les différentes communautés, laquelle est autochtone ? Quel pourcentage représente-t-
elle par rapport à la population totale ? ……………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

3- Peut-on parler d’une société multiculturelle ? …………………………………………………………………………………………….

L’immigration est-elle la source d’une société multiculturelle ?

Document 1 :

« Après Israël, l’Australie est le pays à plus fort taux
de population née à l’étranger, autour de 25% (…)
L’immigration fait partie de notre histoire depuis deux
cents ans, c’est-à-dire depuis l’installation des
Européens.
Notre immigration des années cinquante et soixante
était d’origine européenne, anglaise et irlandaise mais
aussi d’Europe du Sud (Italie, Grèce). Elle est
aujourd’hui très liée au Royaume-Uni et à la Nouvelle-
Zélande. Beaucoup de Chinois principalement de Chine,
mais également des pays où des Chinois s’étaient
installés : Singapour, Malaysia (…), Vietnam, Hong
Kong, Taiwan. Et des gens d’un niveau d’éducation élevé
qui arrivent de l’Inde. (…)
Nous faisons appel à des gens à haut niveau de
formation et qui par leurs compétences, viennent
combler nos lacunes (manques) sur le marché du
travail. D’ailleurs, le taux de fécondité en Australie
est faible, l’apport des immigrés permet de faire face
à une natalité en baisse. (…)
Mais nous avons par ailleurs une politique
« humanitaire » vis-à-vis des réfugiés. L’Australie a la
plus forte proportion de réfugiés au monde. Nous
avons également une politique de regroupement
familial. Il est difficile d’empêcher les gens de faire
venir le conjoint et les enfants. Il faut leur trouver de
la place. Par contre, nous combattons le trafic des
clandestins. »

Extraits d’une interview de Philippe Rudock, ministre
australien à l’Immigration et aux Affaires
multiculturelles avant les JO de septembre 2000.
Source : Revue Limes, nov.déc, 2000

Document 2 : Quelques dates importantes du peuplement de l’Australie

  • 40 000 ans av JC : arrivée des premiers Aborigènes venus de l’Asie du Sud-Est.
  • 1770 : Cook prend possession de l’Australie au nom de l’Angleterre.
  • 1788-1860 : 160 000 forçats britanniques sont déportés en Australie.
  • 1851 : découverte de l’or en Australie ; plu s d’un demi- million d’immigrants, venus d’Europe, d’Amérique du Nord et aussi de Chine s’installent.
  • 1875-1914 : seconde vague d’immigration : plus d’un million de personnes arrivent des Iles britanniques et aussi d’Italie.
  • 1901 : l’Au stralie se ferme aux Asiatiques.
  • 1947-1950 : l’Australie accueille un million d’immigrants
    d’Europe centrale.
  • 1951-année 70 : de nombreux Hollandais, Grecs, Allemands,
    Yougoslaves, Italiens…arrivent en Australie.
  • 1972 : l’Australie s’ouvre à l’immigration asiatique.
  • De 1986 à 1989 : l’origine des immigrants aété la suivante : 26% d’Asie ; 24% d’Europe ; 14% de Nouvelle-Zélande ; 3%
    d’Afrique du Sud et 31.5% d’autres origines.

A l’aide des documents, répondez aux questions :

1- Pour 100 Australiens, combien sont nés à l’étranger ? ………………………………………………………………………………

2- De quels pays sont originaires les Australiens d’origine immigrée ?

Pays d’Europe : …………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Pays d’Asie : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Pays du Pacifique : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………..

3- Indiquez au moins 4 raisons pour lesquelles le gouvernement australien autorise l’immigration.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

4- Quelle forme d’immigration est refusée ? …………………………………………………………………………………………………...

5- A l’aide du document 2, complétez le nom des populations immigrées (dans les cadres), qui
s’installent en Australie.

JPEG - 11 ko

B- La Nouvelle-Zélande

la répartition de la population en Nouvelle-Zélande :

* Quels sont les grands déséquilibres dans la répartition de la population ?

JPEG - 14 ko

1- Complétez et coloriez la légende de la carte.

2- Après avoir recherché le nombre d’habitants et la superficie, calculez la densité humaine de la
Nouvelle-Zélande : ………………………………………………………………………………………………………………………………………….

3- Placez les 4 villes suivantes : Auckland, Wellington, Dunedin et Christchurch.

4- Contrairement à l’Australie comment apparaît le pays ? ………………………………………………………………………..

5- Où se concentre la population ? ……………………………….…………………………………………………………………………………..

6- Quelles raisons peut-on avancer pour expliquer cette répartition ? …………………………………………………..
……………………………………………………..………………………………………………………………………………………………………………………

7- Proposez une réponse à la problématique initiale :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Une mosaïque ethnique :

* Peut-on parler d’une société multiculturelle ?

JPEG - 8 ko

1- Classez par ordre décroissant les différentes communautés qui forment la population néo-
Zélandaise : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

2- Parmi les différentes communautés, laquelle est autochtone ? Quel pourcentage représente-t-
elle par rapport à la population totale ? …………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

3- Peut-on parler d’une société multiculturelle ? …………………………………………………………………………………………..

L’immigration renforce-t-elle le caractère multiculturel de la société ?

Document 1 : L’évolution du nombre d’habitants en
Nouvelle-Zélande.

JPEG - 26.5 ko

Document 2 : L’immigration en Nouvelle-
Zélande

La population de la Nouvelle-Zélande s’est accrue de manière régulière du milieu du
XIXèmeS. Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, principalement en raison d’une
immigration d’origine européenne. Les années 50 et 60 ont été marquées par une très
forte immigration de même origine.
Depuis 1969 toutefois, on assiste à un
renversement total de tendance et à une
nouvelle donne, puisque cette année-là la
Nouvelle-Zélande enregistre un solde
migratoire négatif, la faisant basculer du camp
des pays qui attirent dans celui des pays que
l’on quitte (pour l’Australie surtout). Les
politiques vis-à-vis de l’immigration doivent
alors être repensées : assouplissement de la
sélection, réduction des taxes à l’immigration,
aide au transport, campagnes d’information en
Europe et aux Etats-Unis… il s’en suit une
relance notable dans les années 73-75, vite
freinée par le gouvernement du fait des
difficultés économiques du pays liées au choc
pétrolier et aux conséquences de l’entrée du
Royaume-Uni dans le marché commun. Le
déficit migratoire réapparaît aussitôt et en
1987 de nouvelles mesures incitatives sont
votées. La nature de l’immigration elle-même a
changé et l’on voit arriver de plus en plus de
populations océaniennes. Celles-ci fournissent
actuellement 40% des immigrants.

Les nouvelles donnes de l’immigration récente, Michel
Lextreyt.

A l’aide des documents, répondez aux questions :

1- A partir du tableau (document 2), construisez un histogramme de l’évolution du nombre d’habitants en
Nouvelle- Zélande.

2- Que constate-t-on en Nouvelle-Zélande depuis 1969 ? ……………………………………………………………………………………………..
...……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3- Quelles en sont les raisons ? ……………………………………..…………………………………………………………………………………………………….
……………………………………..………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

4- Quelle en est la conséquence ? ………………………………………………….……………………………………………………………………………………..

5- Aujourd’hui, quelles sont les principales populations qui immigrent en Nouvelle-Zélande ? ……………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

6- Depuis quand les populations océaniennes arrivent en Nouvelle-Zélande ? ……………………………………………………..

III- L’organisation de l’espace : un enjeu important

* Comment l’Australie fait-elle face à l’immensité de son territoire ?

Lutter contre l’immensité

JPEG - 12.4 ko

Les « road train ».

« Pan ! La détonation me comprime les tympans.
Plus inquiétant encore : la cabine du Mack CLR disparaît dans un nuage de poussière rouge qui aveugle les vitres. Coup d’œil au chauffeur, à côté de moi : il n’a pas bronché. Bayden Mills ne bronche pas souvent d’ailleurs.
(…) Bayden ne conduit pas un semi. Il est chauffeur d’une vraie loco sur pneus, qui tire trois énormes remorques de 52 m en tout. Elles emportent, à 100 km/h, 115
tonnes de fret en l’occurrence, une centaine de vaches sur deux
étages. Sans rails, mais sur 72 roues. Quand Bayden veut s’arrêter,
il en a pour un kilomètre. Encore que l’engin ne soit pas fait pour
ça : les remorques ont tendance à partir chacune dans sa direction
et à former des angles incongrus. D’ailleurs, il y a très peu de
raisons de stopper en urgence : les barres de métal forment un arc
de cercle autour du moteur et le grillage autour de la cabine
suffisent à empêcher les émeus et les kangourous, régulièrement
percutés, de fracasser les vitres.
(…) Ça s’appelle un « road train » : un train de la route. Il y en a en
permanence qui fonce dans le désert (…).
Ils apportent n’importe quoi, et partout : du plâtre à Oodnatta ou
des vaches à Alice Springs. Les lignes de chemins de fer se
cantonnent au Sud et à l’Est, les parties les plus habitées. Le reste,
c’est-à-dire les trois quarts du continent, c’est le domaine des
road train. »

John Moyle. La dépêche de Tahiti. 20.11.1993

1- Quel est le problème majeur qui se pose en
Australie ? ……………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………….

2- De quel moyen de transport est-il question dans le
texte ? ……………………………………………………………………………………..
Quels produits sont transportés ? ………………………………………
…………………………………………………………………………………………………….
Dans quelle partie de l’Australie est-il utilisé plus particulièrement ? Pourquoi ? ……………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

3- D’après la carte, quel autre moyen de transport est beaucoup utilisé sur de longues distances dans ce
pays ? ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………

4- Quelle est la partie de l’Australie qui apparaît comme un espace construit, bien desservi par un réseau de
voies de communication assez dense et multiforme ? ………………………………………………………….…………………………………..

5- Quelle est celle qui apparaît au contraire comme un espace dénué de pôles attractifs ou de nœuds de
communication ? ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Je retiens :
Afin de surmonter le handicap lié à l’………………………., les Australiens ont dû fournir de gros efforts en matière de ………………
Le réseau routier n’est dense que dans le ……………………… Ailleurs le pays est sillonné par de grands axes qu’utilisent les
……………………….., engins pouvant tirer jusqu’à quatre remorques (80% du transport de marchandises est assuré par la
route).
Le réseau ferré s’allonge sur 35 000 km, ce qui est peu si on tient compte de la superficie du pays. On note quelques
grandes lignes comme l’…………………………… qui relie ………………. à …………………
On notera également le développement du trafic …………………. et ……………………..

Lutter contre l’isolement

Médecins volants et écoles des ondes

JPEG - 2 ko

« C’est à Alice Springs que se trouve
l’organisation Flying Doctor service. Près d’un
milliers d’habitants des régions de l’intérieur
utilisent les services de cet organisme. Lorsqu’ils
ont besoin d’une prescription ou d’un conseil, ils
contactent le Flying Doctor par radio, à l’aide
d’un récepteur-émetteur couvrant 2000km. Si la maladie, ou la blessure, n’est pas grave, le
médecin prescrit un des médicaments que toute famille isolée possède dans sa pharmacie
personnelle. Lorsqu’il s’agit d’un cas plus sérieux, un avion ambulance, ou un hélicoptère, va
chercher immédiatement le malade et le ramène à l’hopital. »
« Pour les enfants qui grandissent dans les fermes isolées, rendre visite à leurs amis « d’à côté »
peut vouloir dire faire 100km. Ils suivent des cours par correspondance, ou par radio, grâce à
l’une des douze écoles par radio. »

Peter CRAWSHAW ; « Australie » coll. Pays et peuple, Hachette 1989.

Par quels moyens est rompu l’isolement
des familles habitant l’outback ?
- …………………………………………………………………..
……………………………………………………………………..
- …………………………………………………………………..
……………………………………………………………………..
……………………………………………………………………..

IV- Le développement des deux pays

Malgré leurs différences, ces deux pays tentent de se développer. De quelle manière ?

A- L’Australie : le défi économique

* D’où vient la richesse de l’Australie ? Quelles sont les bases de son économie ?

Des ressources minérales abondantes :

JPEG - 10.9 ko

« L’Australie exporte une grande quantité de minerais
extraits du territoire du Nord, de l’Australie Occidentale
et de la Nouvelle-Galles du Sud. D’énormes dépôts de
minerai de fer, de bauxite (dont on fait l’aluminium), de
plomb, de zinc, de cuivre, d’or, de pétrole -et même de
diamants et d’opales sont enfouis sous la terre rouge.
Les plus importantes réserves de bauxite du monde se
trouvent à) Weipa, au nord de l’état du Queensland. Dans
la région de Pilbara en Australie occidentale, d’immenses
mines à ciel ouvert produisent du minerai de fer, exporté
essentiellement au Japon et aux Etats-Unis. Mais la ville
minière la plus extraordinaire est peut-être Coober Pedy,
à 960 km au nord-ouest d’Adélaïde, en Australie
Méridionale. Elle est au centre du plus important gisement
d’opales du monde. Dans la langue des aborigènes, Coober
Pedy signifie l’homme qui vit dans un trou. Encore
aujourd’hui la plupart des habitants de la ville vivent dans
des habitations troglodytiques creusées à flanc de colline.
Ils sont ainsi protégés de la chaleur accablante, car il peut
faire 50° à Coober Pedy, pendant plusieurs jours de
suite. »

Peter CRAWSHAW ; « Australie » coll. Pays et peuple,
Hachette 1989.

A l’aide des documents, répondez aux questions :

Relevez les diverses ressources minérales et leur situation en Australie : ………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Que fait l’Australie d’une partie de ses ressources minérales ? …………………………………………………………………………………..

Quels sont les gros clients de l’Australie ? ………………………………………………………………………………………………………………………….

Une grande puissance agricole :

Que signifie ?
Rendements faibles :……………………………………………………..
…………….……………………………………………………………………………..
Cultures extensives : …………………………………………………….
…………….……………………………………………………………………………..
Balance agricole excédentaire :……………………………………
…………………………………………………………………………………………...

La puissance agricole australienne est considérable :

Malgré l’aridité d’une grande partie des terres, l’Australie est un
vaste pays agricole. La viande, les produits laitiers, les produits de
la mer, le vin, le sucre, les céréales, les fibres et le bois constituent
les huit piliers de l’agriculture. Les terres du vaste corridor oriental
suffisent à faire du pays l’un des premiers exportateurs mondiaux
de laine, de viande, de blé et de coton. (…)
Les productions végétales concernent les céréales avec 27.4 millions
de tonnes en 1990, notamment le blé et l’orge. Les rendements sont
faibles, il s’agit de cultures extensives (céréales en 1990 ; 16
quintaux/ha, France : 60). L‘année 1990 a été très médiocre.
Les productions animales concernent tout d’abord les ovins (premier
troupeau du monde) avec 120 000 000 têtes, ensuite les bovins avec
27 558 000 têtes en 1991.
(…) L’Australie est le deuxième exportateur mondial de blé et le
premier producteur mondial de laine. (…)
La balance agricole est très largement excédentaire.

D’après Atlaseco, 2003.

Comment se présente l’agriculture australienne ?
…………….…………………………………………………………………………….
…………….…………………………………………………………………………….
…………….…………………………………………………………………………….

Quelles sont les principales productions de l’Australie ? ……………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………….

A quoi est destinée en général cette production ? Pourquoi ? ……………………………………………………………………..

Le tourisme

Document 1 : Sanctuary Cove. Queensland.

JPEG - 8.4 ko

Les visiteurs étrangers ont contribué à la
diversification de la base économique du pays.

L’Australie en bref. ATC. 1998

Document2 : Le boum touristique

Avec la crise économique de la fin des années 70, l’Australie s’est
rendue compte que ses immenses réserves de matières premières ne suffisaient plus à faire tourner la machine économique et, surtout, à
maintenir et créer des emplois. Elle s’est alors souvenue qu’elle
disposait aussi d’un extraordinaire capital touristique ; plages, soleil,
paysages, et… sécurité.
Le pays a commencé à ouvrir ses frontières, qui demeuraient plutôt
verrouillées, à s’équiper en grands hôtels, stations balnéaires,
aéroports internationaux, à former des cadres et des employés très
compétents dans tous les secteurs, enfin à profiter de quelques
événements médiatiques mondiaux (Coupe de l’América, Bicentenaire,
Grand prix), pour se faire connaître à travers le monde. Le résultat
est impressionnant : plus de 7.7 milliards de $A de recettes en 1992,
soit 5.6% du produit national brut, 10% des recettes à l’exportation et
près de 465 000 emplois dans le secteur. Le principal marché est le
Japon qui envoie, chaque saison vers les plages de Queensland, des
charters entiers de jeunes couples pour de torrides et exotiques
honey moons (lune de miel). Les Français sont également de plus en
plus nombreux à découvrir les antipodes : 10 000 par an au début des
années 80, 35 000 en 94-95.

« En Australie ». Guides Visa. Hachette 1995

1- Quel problème rencontre l’Australie à la fin des années 70 ? Qu’est-ce que cela entraîne ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

2- Quelle solution envisage-t-elle pour faire face à cette situation ? ………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

3- Quels sont alors les moyens mis en œuvre pour développer cette initiative ? ……………………………………
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

4- Quels en sont les résultats ? …………………………………………………………………………………………………………………………..
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L’économie australienne

L’Australie compte une économie hautement diversifiée et un niveau de vie élevé. Le secteur des services
représente près de trois-quarts du PNB, mais les autres secteurs économiques contribuent largement aux
revenus d’exportation australiens. L’industrie manufacturière est concentrée sur le fer, l’acier et l’ingénierie.
Le secteur agricole joue un rôle prédominant, générant 40% des revenus d’exportation, bien que l’importance
relative de ce secteur ait diminué ces dernières années en raison de la croissance exceptionnelle de
l’exploitation minière. L’Australie abrite de vastes réserves de charbon (dont elle est aujourd’hui le premier
exportateur mondial), de pétrole, de gaz naturel, de nickel, de zircon, de fer, de bauxite, d’uranium et de
diamants.
Les industries nationales des services, qui représentent aujourd’hui la majeure partie de l’économie,
enregistrent une croissance régulière (…).
Le premier partenaire commercial de l’Australie est le Japon, qui représente près d’un tiers des exportations
– suivi des Etats-Unis, de la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, Singapour, Taïwan, la Chine, puis les pays de
l’Union Européenne. L’investissement japonais en Australie, notamment dans l’immobilier et le tourisme, est si
important qu’aujourd’hui la majorité de la « Gold Coast » sur le littoral oriental appartient à des Japonais.

Vous êtes capable de déterminer à l’aide de ce que vous venez de voir et du document sur
l’économie australienne, les bases de l’économie australienne :
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

B- La Nouvelle-Zélande : une économie en pleine mutation

* Quel type d’activité domine ? Vers une diversification de l’économie ?

L’agriculture : un secteur agricole très développé

Document 1 : le pays du mouton

Si elle n’occupe que 9% de la main d’œuvre,
l’agriculture reste un secteur vital pour la
Nouvelle-Zélande. Elle occupe 79% de son sol et
assure près de 50% de ses exportations. Les colons
ont très tôt découvert la richesse des ressources
agricoles du pays. La qualité du climat et des
pâturages, en particulier dans la plaine fertile du
Canterbury (île du Sud), a permis le
développement de l’élevage dès les années 1840.
En 1882, la première cargaison de viande congelée
quittait Dunedin pour relier Londres en trois
mois… L’invention de la congélation constitue
une date historique pour la Nouvelle-Zélande. En
assurant le lien entre la surproduction de l’élevage
néo-zélandais et la pénurie de viande en Europe,
les transports réfrigérés font de l’élevage la source
essentielle de la prospérité du pays. La trilogie
viande-laine-produits laitiers dominera l’économie
jusqu’à nos jours.
L’élevage ovin, sur lequel repose l’industrie de la
laine et la majeure partie de la production de
viande, est la spécialité néo-zélandaise par
excellence. Ce cheptel atteint aujourd’hui plus de
65 millions de têtes. La Nouvelle-Zélande assure à
elle seule près de la moitié de la production
mondiale de viande d’agneau et de mouton.

D’après M. Lextreyt

Document 2 : une puissance exportatrice.

Le secteur primaire assure traditionnellement plus
de 50% des exportations. La moitié de la surface
agricole est consacré à l’élevage. La richesse des
sols, l’usage de technologie de pointe, le climat qui
autorise des pâtures tout au long de l’année ont
permis à la Nouvelle-Zélande de compenser son
éloignement géographique. La richesse du pays
dépend, pour une large part, des cours mondiaux
de la viande, de la laine et des produits laitiers.
(…) Il y a 20 ans, la Nouvelle-Zélande était le seul
producteur de kiwis au monde, alors
qu’aujourd’hui il n’assure plus que 27% de la
production mondiale. (…)

Atlaseco 2003

Document 3 : Productions agricoles.
(cheptel en millions de têtes, autres productions en
millions de tonnes)

JPEG - 11.7 ko

La Nouvelle-Zélande tient le record mondial avec
14 moutons par habitant.

Pourquoi dit-on qu’en Nouvelle-Zélande, il y a plus de moutons que d’hommes ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pourquoi l’agriculture est-elle un secteur vital pour le pays ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………

Qu’est-ce qui a permis son développement ? ……………………..…………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Sur quels produits reposent les exportations ?
…………………….………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

De quoi dépendent ses exportations ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Une économie en pleine mutation

Document 1 : une politique économique

Longtemps considéré comme l’un des pays les plus
protectionnistes du monde, la Nouvelle-Zélande s’est
engagée à partir de 1984, dans une spectaculaire
transformation de ses structures économiques et est en
quelque sorte devenue, en l’espace d’une dizaine d’année,
une sorte de « laboratoire » du libéralisme économique.
Jusqu’au début des années 1980, l’économie néo-zélandaise
se caractérisait en effet par son caractère peu ouvert sur
l’extérieur et par un haut degré d’interventionnisme
économique. L’entrée de la Grande-Bretagne dans la
communauté européenne et l’abandon simultané du système
de la « préférence impériale », le haut niveau du système de
protection sociale néo-zélandais et les deux chocs pétroliers
avaient souligné l’inadaptation des structures économiques
néo-zélandaises à la compétition économique internationale.
(…)
C’est dans ce contexte qu’à partir de 1984, une modification
complète de la politique économique néo-zélandaise s’est
opérée au profit d’une approche résolument libérale : les
principaux secteurs de l’économie –à commencer par
l’agriculture- on t été libéralisés, les protections commerciales
réduites, le secteur pu blic diminué et son efficacité
améliorée. (…)
La Nouvelle-Zélande est ainsi devenue aujourd’hui le pays
où les subventions agricoles sont les plus faibles. Rares sont
les secteurs qui n’ont pas été touchés par le mouvement de
libéralisation . Les prin cipales privatisations ont été
effectuées entre 1987 et 1992 et il ne subsiste plus
aujourd’hui qu’une quinzaine d’entreprises publiques. (…)
L’économie néo-zélandaise constitue sans doute aujourd’hui
l’un des marchés les plus ouverts, les plus transparents et les
plus déréglementés du monde. La libéralisation et l’ouverture
économique ont conduit n aturellement à une intensification
du commerce extérieur néo-zélandais.

Extraits du rapport d’information du Sénat : Mission en
Nouvelle-Zélande du 7 au 16 février 1997 Direction des relations Economiques extérieures- France.

Document 2 : une nécessaire diversification

« Au cours des premières décennies de son histoire, la
Nouvelle-Zélande exportait essentiellement des céréales et
du bois.
Il faut attendre l’entrée de la Grande-Bretagne dans la
C.E.E. pour que la Nouvelle-Zéland e entreprenne une
nécessaire diversification. Le secteur primaire, notamment
l’élevage a fortement décliné, au profit des produits finis.
A parti du second choc pétrolier (1979), le gouvernement
porta une attention particulière aux secteurs de l’énergie et
de l’industrie lourde. La Nouvelle-Zélande, en effet, n’est
pas démunie de ressources minières : les sables des plages
du Nord, contenant du fer, et des réserves de charbon
considérables, fournissent les bases d’une industrie
sidérurgique. Dans la région des fjords (île du Sud),
l’hydroélectricité fournit une énergie abondante et bon
marché, permettant la transformation de la bauxite venue
d’Australie en aluminium. Au large de la côte Ouest de
l’île du Nord, l’important gisement de gaz naturel de Maui,
découvert en 1969 dans le golfe de Taranaki, permet
d’alimenter une importante industrie pétrochimique. »

Henri ASTIER , Encyclopédie Universalis.

Document 3 : les ressources naturelles de la Nouvelle-Zélande

JPEG - 12.3 ko

Comment se caractérisait l’économie néo-zélandaise avant les années 80 ? ………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

A partir de quand la Nouvelle- Zélande entreprend-elle une diversification ? Pourquoi ? ……………………………………….
……………………………………………………. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Quelles sont les actions entreprises qui ont permis à l’économie néo-zélandaise d’être plus libérale ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Relevez les diverses ressources minérales et leur situation en Nouvelle-Zélande :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Quels sont alors les secteurs développés ? ………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………………………………………

Vous êtes capable de déterminer à l’aide de ce que vous venez de voir et des documents, les bases de
l’économie néo-zélandaise :
.………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
.………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………


titre documents joints

L’Océanie tempérée (2/2)

22 août 2010
info document : PDF
995.4 ko

L’Océanie tempérée (1/2)

22 août 2010
info document : PDF
1.2 Mo

Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 3534 / 456657 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Collège  Suivre la vie du site Quatrième   ?