Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

Le nickel en Nouvelle-Calédonie

lundi 2 décembre 2013 par Nathalie AUDRAN

Introduction

PROGRAMME DE GÉOGRAPHIE DE 4ème ; I - Des échanges à la dimension du monde ; Thème 1 - Les espaces majeurs de production et d’échanges ; Thème 2 - Les échanges de marchandises.

On privilégie une étude de cas au choix qui prend ancrage dans le milieu local (café, nickel).

LECON 1. ÉTUDE DE CAS : LE NICKEL EN NOUVELLE-CALÉDONIE

INTRODUCTION : Le nickel : jauger le savoir des élèves sur la question, leurs représentations, ils en viendront sûrement à dire que le nickel est une richesse. Cependant le nickel n’est pas une richesse à l’état brut, la richesse résulte d’un certain nombre d’actions des hommes et surtout d’un certain nombre de voyages.
Quels sont les voyages du nickel et leurs enjeux ?

CONCLUSION : Réponse à cette question : le nickel voyage beaucoup avant de devenir la richesse que l’on connaît. Il voyage localement et à l’échelle du monde. Il est devenu une marchandise échangée par différents acteurs, calédoniens et étrangers. Cela effraie parfois la population locale qui vit autour des mines et des usines, ils se battent aujourd’hui pour participer à l’échange du nickel et profiter des richesses que ces échanges entraînent.

ACTIVITÉ 1. LES VOYAGES DU NICKEL

A. Le point de départ, les mines

Questions :

  1. Sur quelle partie du territoire calédonien se trouvent la plupart des gisements de nickel ?
  2. Combien compte-t-on de mines en tout (ronds) ?
  3. Quelles mines exportent du nickel brut ?
  4. Quelles mines ont pour but d’exporter le nickel vers l’usine de transformation de Doniambo ?
  5. Combien y a-t-il d’usines de transformation du nickel en fonctionnement actuellement ?
  6. Combien d’usines de transformation du nickel sont en projet actuellement ?

B. Le port de Nouméa et Doniambo, l’interface

Le trafic maritime interne est de 3,4 Mt dont 3,3 pour le transport du minerai nickel des embarcadères miniers vers Doniambo.

JPEG - 64.6 ko
Source : Internet

Question : Une fois sorti des mines, comment le nickel rejoint-il l’usine de Doniambo ?

C. Le nickel dans le monde

JPEG - 65.9 ko
Estimation de la production de nickel en 2003
source : IEOM

Questions :

  1. Quel pourcentage de la production mondiale représente le nickel calédonien ?
  2. Quels sont les concurrents de la Nouvelle-Calédonie en termes de nickel ?
JPEG - 52.9 ko
Répartition des exportations de ferronickels par pays destinataires (en valeur) en 2003
source : IEOM

Questions :

  1. Quels sont les trois plus gros clients du nickel calédonien
  2. Sur quels continents voyage le nickel ? (classez-les par ordre d’importance)
  3. Le nickel suit-il les grandes routes maritimes (voir chapitre précédent)
  4. Élaborez un planisphère : les voyages du nickel dans le monde

ACTIVITÉ 2. LES ACTEURS DU NICKEL

Document 1. Les différents acteurs du nickel en Nouvelle-Calédonie

Le nickel est exploité par différentes grandes entreprises

Eramet est un groupe minier et métallurgique français. L’entreprise est présente dans 20 pays sur les cinq continents, son siège social est situé dans la tour Montparnasse à Paris. La SMSP est associée à un groupe coréen : Posco : il loue l’usine de Koniambo pour produire 30 000 tonnes de nickel par an.

Questions :

  1. Citez une grande entreprise d’exploitation du nickel calédonienne et une grande entreprise internationale.
  2. Eramet est une entreprise dont les patrons sont français mais pourquoi peut-on dire que c’est une entreprise internationale ?
  3. Les provinces participent-elles à l’exploitation et aux bénéfices du nickel ?
  4. Quelle est la particularité de la SMSP ? Racontez son histoire.

Document 2.

Question : Quelle province de la Nouvelle-Calédonie emploie le plus de personnes dans le secteur du nickel ?

Document 3. Le cri d’alarme lancé par le comité RhéébùNùù en 2007

Dès 2002 ce comité avait symboliquement érigé un « bois tabou » à proximité du site pour que des « palabres » soient ouverts entre l’industriel et les populations autochtones qui, faute de l’empêcher, souhaitaient être associées au projet. Entre 2004 et 2008 ce comité a multiplié les actions plus ou moins violentes (manifestations, barrages routiers, dégradations d’engins) pour s’opposer à la construction de l’usine et du tuyau en mer.
Ce comité représente les chefferies du sud qui s’oppose à l’usine de Goro (Vale – Inco) car

  • il est prévu que l’usine ne paie pas d’impôts pendant 15 ans
  • l’usine doit employer 3000 Philippins
  • L’usine devrait rejeter dans le lagon 25 métaux lourds dont du manganèse, chrome et nickel qui épaissiraient les boues et empêcheraient la vie animale
  • L’usine fonctionnera au charbon et devrait rejeter du CO2 en grande quantité dans l’atmosphère.

L’Usine Goro sera en fonctionnement en 2013 et doit produire 60 000 tonnes de nickel/an.

Questions :

  1. Qui représente le comité RhéébùNùù ?
  2. Contre quel projet ce comité est-il mobilisé ?
  3. Pourquoi ?
  4. Le projet Goro est-il un projet de développement durable ?

titre documents joints

Le nickel en Nouvelle-Calédonie

2 décembre 2013
info document : PDF
550.7 ko

Une proposition d’étude de cas sur le nickel en classe de 4e.


Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 695 / 456879 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Collège  Suivre la vie du site Quatrième   ?