Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

Des sociétés inégalement développées

lundi 2 décembre 2013 par Nathalie AUDRAN

Introduction

PROGRAMME DE GÉOGRAPHIE DE 5ème. II - Des sociétés inégalement développées (35 %). On traite seulement un des deux premiers thèmes. Les thèmes 3 et 4 sont obligatoires

  • Thème 1 - Des inégalités devant la santé
  • Thème 2 - Des inégalités devant l’alphabétisation
  • Thème 3 - Des inégalités devant les risques
  • Thème 4 - La pauvreté dans le monde

LEÇON II : LES INÉGALITÉS FACE AU SIDA EN OCÉANIE

Comparaison : le SIDA au Vanuatu et en Nouvelle-Calédonie.

Après l’étude de la pandémie SIDA (Leçon I), Quelles différences peut-on observer dans le traitement de la pandémie du SIDA, entre la Nouvelle -Calédonie et l’archipel du Vanuatu ?

  1. Le traitement de la pandémie en Océanie : L’Océanie est moins touchée que le reste du monde ; Presse Papouasie, étude Carte de l’Océanie
  2. Le traitement de la pandémie en Nouvelle-Calédonie : Prévention : tests, préservatifs gratuits, sensibilisation dans les écoles ; Soins : trithérapie, malade encadrés, aides financières
  3. Le traitement de la pandémie au Vanuatu : Personnes peu détectées + des efforts de prévention mais plus difficile ; Prévenir et soigner coûtent cher. C’est pour cela, d’ailleurs, que l’Afrique est le continent le plus touché par la maladie.

ÉTUDE DE CAS 1 : AVOIR LE SIDA EN NOUVELLE-CALÉDONIE

Problématique. Comment traite-t-on la pandémie du SIDA en Nouvelle-Calédonie ?

DOCUMENT 1. Témoignage

Juin 94, je me rends au Centre Médical Polyvalent de Nouméa pour y subir un test HIV demandé par mon gynécologue. Le médecin commence par me rappeler que tout ceci se passe dans l’anonymat le plus complet. C’est à cet instant que je comprends le résultat.
Sa voix est douce et triste à la fois mais la vérité est là : « positive »...
Mon dieu, tout tourne, je vais m’évanouir, non, je suis assise face au spectre de la mort et des litres de larmes m’inondent. Les questions se bousculent sur mes lèvres. « Que vais-je devenir, où vais-je aller me cacher, à qui vais-je le dire, qui va m’aider, vais-je MOURIR ? ».
Une sidéenne, une sidaïque, une « séro », voilà ce que je suis devenue pour tout mon entourage de près ou de loin. On chuchote dans mon dos, on accuse. On perd ceux qu’on aime, ceux qui nous aimaient. Ils ont peur, ils s’écartent. Je me suis retrouvée seule face à tous. Pas tout à fait seule, car toute une équipe médicale me soutient, m’apaise, me rassure et le plus important, me redonne courage et espoir dans cette longue attente d’un vaccin, d’un miracle.
Parmi mes collègues de travail, personne n’est au courant et je ne veux pas qu’ils le soient. Travailler me permet d’oublier un peu ma maladie et me donne du courage pour vivre encore le plus longtemps possible. Je ne sais pas ce que je ferais si mes collègues l’apprenaient. Je démissionnerais ou peut-être qu’ils me rejetteraient. Le plus tard possible sera le mieux ou même encore jamais.

TÉMOIGNAGE ANONYME. Site Sidagir Nouvelle-Calédonie

Questions

  1. Qu’arrive-t-il à cette jeune femme ?
  2. Comment ses amis et collègues de travail réagissent-ils ?
  3. Qui soutient la malade ?

DOCUMENT 2. Graphique du nombre de malades du Sida en Nouvelle-Calédonie
(site Sidagir, confirmé par site CHT Nouméa)

Question. Combien y a-t-il de malades du SIDA en Nouvelle-Calédonie en 2005 ?

DOCUMENT 3. Soigner, prévenir en Nouvelle-Calédonie

Prises en charge des malades en Nouvelle-Calédonie :

  1. Traitement d’urgence contamination HIV (médicaments : trithérapie)
  2. Un suivi médical : le Territoire prévoit la formation d’équipe de médecins-infirmiers-sage-femme.
  3. Allocation : aide aux logements, bons de transport

Prévention de la maladie :

  1. dépistage anonyme et gratuit
  2. Distribution commerciale du préservatif (« caillou – caoutchouc ») ; Site internet HIV ; actions de prévention dans les écoles.

Acteurs :

  1. Le COTEC : comité technique de lutte contre le SIDA
  2. une association : SIDAGIR

Moyens :
Déblocage d’argent : un Fond de prévention traitement et suivi biologique : financé par l’État français - le territoire de Nouvelle-Calédonie – La CAFAT –Les Provinces

SITE PROVINCE NORD

DOCUMENT 4. Carte des installations médicales de Nouvelle-Calédonie

JPEG - 92.6 ko
Source : Nouvelle-Calédonie tourisme

Questions

  1. Quelles mesures prévoit la Nouvelle-Calédonie pour soigner les malades ?
  2. Quelles mesures prévoit la Nouvelle-Calédonie pour éviter la propagation de la maladie ?
  3. Les fonds (argent) débloqués vous semblent-ils importants ?
  4. Combien y a-t-il d’hôpitaux en Nouvelle-Calédonie ?
  5. Ces hôpitaux te semblent-ils bien répartis sur l’archipel ?

ÉTUDE DE CAS 2 : AVOIR LE SIDA AU VANUATU

Problématique. Comment traite-t-on la pandémie du SIDA au Vanuatu ?

Document 1. Témoignage : Blandine Boulekone (reportage TV)

Blandine Boulekone est une Française mariée à un chef coutumier Ni Vanuatu qui a été ministre de l’intérieur du Vanuatu. Le métier de Blandine est sage femme et depuis quelques années elle parcourt toutes les îles du Vanuatu. Elle cherche à informer les Ni Vanuatu sur les risques du SIDA. Dans ce pays où les femmes font plus de quatre enfants en moyenne, le préservatif est encore très méconnu. « Me faire accepter n’a pas été facile, mais les gens se sont habitués à moi…. ».

Question. Quelle mission s’est donnée Blandine Boulekone ?

Document 2.Plan de lutte contre le SIDA, impulsé par Blandine

-* Des conseillers sont nommés dans chaque communauté et organisent la prévention.

  • Un livret sur les MST avec photos a été publié et diffusé dans tout l’archipel.
  • Des programmes radios diffusent aussi de l’information.
  • Une équipe a été formée dans deux hôpitaux, à Port Vila et Luganville.

Questions.

  1. Quels moyens de prévention s’est donnés le Vanuatu pour informer sa population sur les risques du SIDA ?
  2. Cela te semble-t-il suffisant ? Si non, que manque-t-il d’important ?

Document 3. STATISTIQUES DE L’OMS (VANUATU)

Rappel. Tous les malades recensés le sont à Port Vila. Sorti de la capitale, les tests de dépistage sont inexistants.

Moyens. L’Aide médicale : le Vanuatu dans sa lutte contre le SIDA reçoit l’aide de l’OMS, de la Communauté du Pacifique (CPS) et de l’Agence Australienne pour le développement international (AusAID). Les dépenses consacrées à la santé au Vanuatu sont faibles. Le pays a un faible revenu.

Questions.

  1. À combien estime-t-on le nombre de malades au Vanuatu ?
  2. Les chiffres sont-ils précis ? Pourquoi ?
  3. Combien de personnes sont réellement soignées ?

Document 4. Carte des hôpitaux au Vanuatu

JPEG - 96.5 ko
Source : carte extraite de Wikipédia

Consigne. Dessinez une petite croix sur les deux hôpitaux importants du Vanuatu.

JPEG - 130.4 ko
Le Dispensaire d’Anabru qui se résume à une infirmière et une pièce climatisée pour conserver les médicaments.
source : MSEF

++++

CHAPITRE II : LES INÉGALITÉS FACE AUX RISQUES NATURELS

Introduction : pages 228 – 229. Accroche par les photographies :

  • Localisation : ville - Pays
  • Événement produit
  • Réaction des populations

Sur la planète les risques naturels sont nombreux et fréquents, mais les États ne réagissent pas tous de la même manière en fonction du niveau de leur développement.

ACTIVITÉ : ÉTUDE DE CAS : comparer les risques naturels dans différents pays d’Océanie

LEÇON I : LES CYCLONES EN OCÉANIE

ACCROCHE : Je propose de passer quelques minutes de reportage TV montrant les dégâts après le passage de la dernière tempête tropicale (janvier 2013).

Problématique :
Dans l’Océanie tropicale, le risque cyclonique est très important, quels dégâts sont occasionnés par ces risques et comment les différents États de l’Océanie traitent-ils le risque cyclonique ?

  1. Le phénomène cyclonique en Océanie
  2. Les cyclones en Nouvelle-Calédonie
  3. Les cyclones dans le reste du Pacifique

Dossier le cyclone du manuel (Myanmar)

LEÇON II : GÉOGRAPHIE MONDIALE DES RISQUES NATURELS

Étude du planisphère pages 234 – 235

  1. Les différents risques dans le monde. Lister les différents risques possibles
  2. Les zones à risques. Tableau zones avec 1 risque, 2, 3 ou 0.
  3. Étude d’une catastrophe naturelle ailleurs… (Le Japon) ?

ÉTUDE DE CAS. LE PASSAGE DU CYCLONE ÉRICA EN NOUVELLE-CALÉDONIE

Problématique. Quels dégâts les cyclones peuvent générer en Nouvelle-Calédonie ? Comment le risque cyclonique est-il géré par les autorités ?

Le cyclone Erica


-* Localisation : Le cyclone Érica fut un cyclone tropical qui frappa durement la Nouvelle-Calédonie les 13 et 14 mars 2003.

  • Trajectoire : Venue d’Australie (formée au large de la barrière de corail), elle se renforce en arrivant sur la Grande Terre. L’oeil passe à Bourail, à Nouméa puis à l’île des Pins. Les îles Loyauté sont assez épargnées.
  • Description du phénomène : Cyclone catégorie 4
  • Vent maximal : 215 km/heure, 320 km/h en rafales.
  • Dommages confirmés : 5, 7 milliards de francs (47, 7 millions d’euros)
  • Morts confirmés : 2 directs, 1 indirect Blessés confirmés : 228
  • Personnes sinistrées : 2 500 (3 centres d’hébergement)
  • 3 000 maisons détruites, toutes les cultures agricoles d’autoconsommation, plusieurs bateaux échoués et pillés.
  • Les réseaux d’électricité et de téléphone ont été durement touchés (panneaux arrachés). L’eau a été coupée mais rapidement rétablie.

SOURCE : Wikipédia ; Photos extraites des Nouvelles calédoniennes

Réaction de la Nouvelle-Calédonie

-* Mise en Alerte : En Nouvelle-Calédonie, les différents niveaux d’alerte ont été déclenchés. L’obligation de cesser toute activité et l’interdiction de sortir ont été déclenchées 6 heures avant le passage du cyclone. Dès le jeudi 13 mars 2003, le Centre opérationnel de défense (COD) est activé au Haut-Commissariat. Tous les services opérationnels sont mobilisés. 220 pompiers engagés.

  • Témoignage d’un pompier : Lt Robert Belhadj (chef de corps de Bourail). « Dès le début de matinée, avant l’alerte 2, nous avons rassemblé nos pompiers volontaires et professionnels au centre (…). À 7 h 45, je donnais l’information au PC crise que l’oeil du cyclone était sur nous. Les dégâts étaient déjà considérables. Le passage « à l’ouest » des vents va accentuer les pertes en biens. Nous réalisons alors, en plein vent, trois sauvetages de personnes blessées et en danger. Sur la route, nos engins tanguent et sont difficilement maîtrisables. Les tôles volent ; nous prenons de gros risques. À l’accalmie, l’ampleur de la tâche est énorme. Des secteurs sont précisés pour répartir pas moins de 450 interventions (…). »
  • L’action des pompiers : Pendant le cyclone, sauvetage de 24 personnes dans des maisons emportées ou des personnes isolées par la montée des eaux. Après le passage du cyclone, mise en sécurité des bâtiments, habitations et des routes avec de très nombreuses interventions pour maisons à bâcher, dégagements de chaussée et élagages d’urgence.
  • Soutien moral de la population. Les pompiers seront aidés dans ces dernières tâches par les renforts militaires des forces armées de Nouvelle-Calédonie et un détachement de la Sécurité Civile de métropole (60 militaires) arrivé le 19 mars.
Texte et images : Source : Site des Pompiers de France : www.pompiers.fr/]

Lisez bien attentivement le dossier et répondez aux questions suivantes.

Localisation

  1. Qu’est-ce qu’Érica ?
  2. D’où vient-il ?
  3. Quand arrive-t-il en Nouvelle-Calédonie ?
  4. Quelles parties de la Nouvelle-Calédonie touche-t-il le plus ?

Cartes à réaliser

  1. Sur la carte de l’Océanie tracez la trajectoire d’Érica.
  2. Sur la carte de la Nouvelle-Calédonie, entourez en rouge les zones touchées par le cyclone.


Description du phénomène

  1. Quels phénomènes naturels violents provoque le passage du cyclone ?
  2. Le cyclone fait-il des victimes humaines ?

Dégâts : Quels dégâts matériels provoque le cyclone ? Remplissez le tableau.

Réactions de la Nouvelle-Calédonie

  1. La population est-elle prévenue de l’arrivée des cyclones ?
  2. Quelles personnes ont pour mission d’aider la population et de réparer les dégâts ?
  3. Quelles sont les différentes actions menées par les pompiers ?

LE CYCLONE TOMAS À FIDJI

Problématique : comment l’archipel des Fidji a-t-il vécu le cyclone Tomas ?

Date : 16 mars 2010. Source : Les nouvelles.pf (de Tahiti), publié le 17 mars 2010

Le cyclone Tomas

-* Localisation : La tempête tropicale Tomas s’est formée hier dans le sud-ouest de l’océan Pacifique au nord de l’archipel des îles Fidji. La tempête a particulièrement touché les îles principales de Viti Levu et Vanua Levu.

  • Description : Catégorie 4
  • Vents : 175 km/h, 300 km / h en rafales
  • Vagues : 7 mètres de haut
  • Évacuation : 17 000 personnes
  • Morts : 3
  • Dégâts : 25 millions d’euros. Destructions immenses dans le secteur agricole : vivrier ou commercial ; Routes abîmées ; Fils électriques à terre ; + de 500 maisons détruites, dont près de trois cent dans le groupe des îles Lau (Sud-est de Fidji) ; une centaine d’établissements, primaires ou secondaires, ont été endommagés à des degrés divers et se trouvent actuellement en situation de fonctionnement anormal.

Source image satellite : (news.fr.msn.com : la terre vue de l’espace).

Dans les îles Lau (est de l’archipel), ce cyclone pourrait avoir détruit près de la moitié des maisons et bâtiments : "(...) Nous avons des informations selon lesquelles au moins deux villages ont été totalement détruits" a déclaré Anthony Blake, coordinateur des opérations de secours des Fidji.

[/Site Ushuaïa

Une Aide internationale importante

À la suite du passage du cyclone Tomas, l’aide internationale est d’abord venue très rapidement de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, qui ont participé aux premières opérations de secours aux populations ainsi que pour effectuer les premiers vols de reconnaissance ayant permis d’affiner l’estimation des dégâts.
Puis un avion CASA de l’armée française basée en Nouvelle-Calédonie voisine a livré jeudi un chargement de 2,6 tonnes de fournitures et matériel d’urgence en faveur des populations sinistrées.
Par ailleurs, la semaine dernière, une autre aide est venue de l’Union européenne, deux millions de dollars locaux (775 000 euros) destinés à venir en aide aux opérations de remise en état des nombreuses écoles endommagées.
L’ONU (siège à New York) en coordination avec l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), annonçait pour sa part, la livraison aux autorités sanitaires fidjiennes d’un stock de trente mille doses de vaccins contre la typhoïde.
Dès avant le cyclone Tomas, une épidémie de typhoïde inquiétait les autorités locales, cette épidémie, pourrait être revigorée par la présence de zones d’eau stagnante causées par les inondations post-cyclone.
Les derniers gouvernements à avoir annoncé et remis des enveloppes ou du matériel d’assistance ont été le Japon (cent tentes et cinq cent couvertures) et l’Inde (deux cent mille dollars fidjiens, soit environ 76 000 euros).

Source : Tahiti Infos. com, Suva, 2 avril 2010
JPEG - 130.3 ko
L’avion CASA de l’armée française.

La typhoïde

Maladie transmise par les eaux ou aliments sales. La maladie est quasiment absente des pays développés, mais reste fréquente dans les autres (entre 16 et 13 millions de personnes atteintes, 200 000 décès par an).

Source : Tahiti Infos. com, Suva, 2 avril 2010

QUESTIONS

Localisation

  1. Où s’est formé Tomas ?
  2. Sur la carte, entourez en rouge, les espaces particulièrement touchés.


Source : Wikipédia

Dégâts : Quels sont les dégâts provoqués par le cyclone ?

L’Aide Internationale : Remplissez le tableau suivant puis élaborez une carte de l’Aide Internationale aux îles Fidji.

++++

LEÇON I : LES INÉGALITÉS DE RICHESSE EN OCÉANIE

Quelles sont les inégalités de richesse en Océanie ?

1. Vivre en Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie, la population a un bon niveau de développement :

L’IDH sert à mesurer ce développement. IDH : 0,8. LES DIFFÉRENCES À L’INTÉRIEUR DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE !

2. Vivre à Tana

A Tana, la pauvreté est encore importante et la population très moyennement développée. Les gens possèdent peu de biens (beaucoup n’ont pas de sanitaires). Seulement la moitié de la population entre au collège et moins de la moitié de la population a accès à un dispensaire. IDH : 0, 6

3. Les inégalités de richesse en Océanie

En Océanie, on remarque de très grandes inégalités de richesses. Certains pays sont très développés voire développés Australie, Nouvelle-Zélande, collectivités françaises), d’autres sont très pauvres (Papouasie, Micronésie).

ACTIVITÉ. VIVRE EN NOUVELLE-CALEDONIE ET VIVRE AU VANUATU

Problématique : Quelles sont les différences de niveau de vie en Nouvelle - Calédonie et au Vanuatu ?

Toutes les histoires racontées ici sont totalement FICTIVES

A. VOICI Sarah, Calédonienne, vivant à Nouméa

-* Elle parle français, a un frère une soeur.

  • Elle vit dans un appartement de 5 pièces, dans une jolie résidence du centre ville de Nouméa avec jardin. Elle a sa chambre et un ordinateur dans le bureau de ses parents qu’elle peut utiliser si elle veut. Elle possède aussi maintenant son propre téléphone portable que ses parents lui ont offert pour son anniversaire. Bien sûr elle dispose de l’électricité le soir et d’une douche chaude !
  • Cette année Sarah a fait une mauvaise chute à vélo et a bénéficié d’antibiotiques, elle a été chez le médecin : 5 fois !
  • Ella va au collège Baudoux en bus. Cette année, elle est en troisième. Elle fait option musique et section voile. Tous les mercredis, Sonia fait de la planche à voile, c’est sa passion. L’an prochain elle ira au lycée.
  • Le week-end, Sonia aime bien aller manger une glace avec ses copines, puis aller au cinéma.
  • Pour les grandes vacances elle envisage de prendre l’avion avec ses parents pour visiter Lifou ou le Vanuatu.
  • Plus tard, elle espère être journaliste ou avocate !

B. VOICI LYDIE, Ni-Vanuatu, de Tana

-* Lydie est polyglotte, elle parle la langue de son village, le bichlamar et le français car elle va à l’école française de l’île. Elle a 5 frères et 2 soeurs. Elle vit sur l’île de Tana tout prés du volcan Yasur, avec sa mère et sa grand-mère car son père est parti travailler à Efaté, à Port Vila.

  • Lydie vit dans une jolie case d’une pièce, dans un village où il n’y a cependant ni route, ni électricité. Elle va chercher l’eau au puits (il y en a trois dans le village). Elle doit souvent aider sa mère car elle est l’aînée de la famille. Elle va au champs, fait la cuisine, lave ses petits frères.
  • Pourtant elle va à l’école française qui est à deux kilomètres à pied de son village. Dans sa classe les élèves sont 45 mais ils ne sont pas présents tous les jours, certains vont parfois aux champs. Pourtant Lydie est motivée, elle voudrait bien elle aussi aller au lycée français qui est à Port Vila pour rejoindre son père. Mais il n’ y a que 38 places en seconde.
  • Il manque une dent à Lydie car elle ne se brosse pas les dents. Elle ne va jamais chez le médecin et elle a perdu une petite soeur il y a deux ans par manque de soins, c’était un moment très triste.
  • Ce que Lydie préfère c’est ramasser des graines puis faire des colliers qu’elle vendra ensuite dans la maison commune de son village. Il y passe quelques touristes qui visitent le volcan Yasur. De temps en temps, Lydie descend avec ses copines se baigner à Port Résolution mais elle ne sait pas très bien nager.

Ecole primaire de Port Résolution

CONSIGNE. Lisez les deux récits précédents et remplissez le tableau.

Résumez.

  1. Montrez que les deux jeunes filles ont des niveaux de vie très différents.
  2. Montrez que pourtant les deux jeunes filles ont les mêmes désirs.

Recherche : L’IDH permet de mesurer le niveau de développement des pays c’est à dire leur niveau de richesse, de santé et d’éducation. Allez sur Internet, et recherchez l’IDH de la Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu. Quelle est la différence ?

EPILOGUE. À la suite de cette activité, mes élèves et moi-même avons fait une action de solidarité (éducation civique). Nous avons rassemblé cahiers, stylos. J’ai récupéré des vieux manuels et un beau planisphère de mon labo que nous avons envoyé dans une école de l’île de Tana. J’y avais rencontré une institutrice lors d’un voyage et j’avais eu la chance de visiter l’école. Évidemment, le manque de moyen est énorme (L’institutrice faisait tourner les élèves un groupe le matin, un groupe l’après-midi pour pouvoir prendre tout le monde) et pour expliquer d’où je viens (dans son esprit : la France) elle avait formé une boule avec son poing pour faire la terre et montrer à ses élèves : l’autre hémisphère .... Une connaissance de Lifou, qui avait l’habitude de skipper des touristes jusqu’ à Tana sur son voilier, a emmené le colis à l’école de Tana. L’institutrice était très contente.

Salle de classe à Tana

ACTIVITÉ CARTE. LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE DÉVELOPPEMENT EN OCÉANIE

L ‘ I……………………………..de D……………………………… H………………………………….. mesure le développement d’un pays. Il est compris entre ………..et ……………..

Source : site Internet de l’ONU

Questions :

  1. En Océanie, quels États ont le niveau de développement le plus élevé (0,9 et +) ?
  2. Quels territoires ont un niveau de développement élevé (0,8 et +) ?
  3. Quels États ont un niveau de développement moyen (0,7 et +) ?
  4. Quels États ont un niveau de développement faible (0,6 et +) ?
  5. Quels États ont un niveau de développement très faible (0,5 et +) ?

Carte du Pacifique


titre documents joints

Des sociétés inégalement développées

2 décembre 2013
info document : PDF
1.3 Mo

Une proposition pour traiter le thème 2 du programme de géographie de la classe de 5e.


Nathalie AUDRAN

Articles de cet auteur

Mots-clés

Contact | Statistiques du site | Espace privé | Se connecter | Visiteurs : 955 / 456657 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Collège  Suivre la vie du site Cinquième   ?