Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

L’aménagement touristique aux Iles Loyauté

jeudi 15 juillet 2010 par Carole BIDAULT

I-3 : Les citoyens calédoniens et leurs territoires.

L’aménagement touristique aux Iles Loyauté

Orientation générale :

Ce thème permet d’étudier les différents niveaux de responsabilité et de décision
dans un contexte administratif et institutionnel récent. Le tourisme joue un rôle économique
majeur notamment dans les îles où les contraintes d’isolement et d’étroitesse limitent le
développement des activités économiques.
Les pouvoirs politiques et la population locale jouent un rôle décisif pour la promotion du
tourisme qui présente de nombreux enjeux parfois contradictoires. L’aménagement
touristique aux Iles Loyauté est axé sur l’adaptation au milieu naturel et humain qu’il
s’agisse de tourisme vert ou de tourisme de luxe.
Un lien peut être établi avec l’ECJS au niveau du thème environnement et citoyenneté.

Notions-clés : citoyenneté, citoyen, Etat, territoire, province, commune, GIE,
environnement, tourisme vert, tourisme patrimonial.

 MISE AU POINT SCIENTIFIQUE

L’île constitue la « figure emblématique du tourisme tropical » (Georges Cazes,
géographe spécialiste du tourisme). C’est un mythe fondé sur les attraits essentiels du soleil et
de la mer. Le Pacifique est une destination dont la notoriété repose sur la réputation
solidement établie d’Hawaï, des îles Fidji et de la Polynésie française. Dans ce concert d’îles à
vocation touristique affirmée, la Nouvelle-Calédonie conserve encore l’image d’une
« nouvelle venue ».
On distingue deux types d’intervenants dans l’activité touristique : les organismes
officiels, chargés de la promotion et du contrôle de l’activité touristique (les autorités locales,
le GIE, les chambres de commerce, les offices de tourisme) et les prestataires de services
privés (compagnies maritimes et aériennes, voyagistes, hôteliers, transporteurs, locations de
moyens de locomotion divers, guides, interprètes…).

Le rôle de la province des Iles.

Depuis les accords de Matignon en 1988 dont est issu le découpage administratif en
trois provinces, le développement économique en Nouvelle-Calédonie est devenu une
compétence provinciale. Aussi, depuis la dissolution du GIE « Nouvelle-Calédonie
Tourisme » en décembre 2000, chacune des trois provinces assure sa promotion touristique à
l’extérieur, mais le GIE « Destination Iles Loyauté » (DIL) existe depuis 1996. Cette
préexistence dénote une volonté politique de la province des Iles de développer le tourisme.
Dans l’introduction du schéma directeur, le développement touristique dans la
province des Iles (PIL) est présenté comme facteur presque unique de développement
économique comparé aux potentialités des deux autres provinces. Le tourisme revêt une
importance capitale aux Iles Loyauté pour diversifier une économie qui repose sur
l’exploitation des ressources halieutiques et l’agriculture. La participation financière dans la
promotion touristique et l’investissement de la PIL en témoignent.

Document 1 : La province des Iles Loyauté aide au développement économique

Le service du Tourisme et de la Mer de la province des Iles mène des actions communes avec le service de l’environnement et le service topographique. Afin de concilier tourisme
et environnement, les services concernés travaillent souvent en partenariat notamment lors
de la mise en place d’activités touristiques ou lors de l’instruction d’un projet
d’hébergement ayant un impact sur l’environnement. Le service topographique effectue
des levés pour tout projet (tourisme, agriculture) ayant une emprise foncière.
On peut citer une dizaine de partenaires extérieurs à la province, organismes officiels acteurs
du tourisme aux Iles Loyauté.

Les administrations : la Direction des Affaires Economiques du Territoire avec son
service de réglementation, la Direction des Affaires Financières avec les Services Fiscaux
et le Service Vétérinaire et de la Protection des Végétaux, la Direction des Affaires
Maritimes, les services Tourisme des provinces Nord et Sud. Le service du Tourisme et de
la Mer travaille en collaboration avec les services techniques de la province Sud et de la
province Nord.

Les communes des Iles Loyauté : la commune de Lifou avec en outre le CEMAID
(Centre municipal d’animation et d’information de Drehu), le point d’information
touristique et les communes de Maré et d’Ouvéa avec des animateurs communaux.

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Nouvelle-Calédonie (CCI) avec son service
Tourisme a un rôle de conseil, d’information et de formation (Centre de Formation des
Apprentis notamment). Depuis 2001, le service du Tourisme et de la Mer a mis en place une
convention de formation itinérante avec la CCI. La CCI met ainsi à disposition un formateur
pour les Iles Loyauté qui effectue des formations dans les structures d’hébergement de Lifou,
Maré et Ouvéa. La mission de formation porte sur les domaines suivants : l’hôtellerie
(accueil, techniques de réservation, aménagement, gestion de l’hébergement), la restauration
(application des techniques de cuisine, aménagement professionnel, formation au service…),
ainsi que toutes formations professionnelles directement liées à l’activité touristique. Cette
formation constitue une mesure d’accompagnement très importante pour le service du
Tourisme et de la Mer car elle permet des remontées d’information quant aux difficultés
rencontrées par les gérants d’hébergement.

La Chambre d’Agriculture

Les organismes de promotion : le GIE Destination Iles Loyauté regroupe la Société de
Développement des Iles (SODIL) et les professionnels du secteur hôtelier et touristique de la
Province des Iles. Sa mission est d’assurer l’accueil, l’information et la promotion touristique
auprès de la clientèle.

Document 2 : Destination Iles Loyauté Nouvelle-Calédonie

L’Agence de Développement Economique de la Nouvelle-Calédonie (ADECAL) est une
société d’étude qui a pour mission :

  • de favoriser le rééquilibrage de la Nouvelle-Calédonie par une action soutenue en faveur du
    développement économique,
  • de promouvoir la Nouvelle-Calédonie en tant que terre d’accueil d’investissements
    productifs (l’ADECAL fait partie du réseau international de la DATAR : Invest in France
    Network),
  • assister les collectivités locales en apportant une capacité d’expertise.

A cet égard, l’ADECAL contribue au schéma directeur de la Nouvelle-Calédonie.
Des bureaux d’études privées comme Techni Conseil, bureau Projet Loyauté sont également
sollicités.

La SODIL, une société mixte provinciale constituée sous forme de société anonyme
d’économie mixte, et sa filiale la SOPARIL (Société de Participation des Iles) secteur
tourisme, ont pour objectif le soutien des efforts privés, en particulier ceux des entreprises
appartenant aux secteurs industriel et artisanal dont les activités participent au développement
économique de la province.

L’Etat finance toutes personnes physiques et morales participant au développement
économique et social du territoire avec le Fonds d’équipement et de Promotion de la
Nouvelle-Calédonie (FEPNC).

L’Institut Calédonien de Participation (ICAP), issu des accords de Matignon, est une société
créée par la Caisse Centrale de Coopération Economique (CCCE) et les trois provinces. Outil
de développement pour l’intérieur et les îles, sa vocation consiste à promouvoir des projets
concourant au rééquilibrage économique entre le Grand Nouméa et le reste du territoire.
Concrètement, cela se traduit par des prises de participation dans le capital de société et/ou
des apports en compte courant d’associés, qu’il s’agisse de création ou de développement
d’entreprises.

L’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE). Cette association
métropolitaine oeuvre depuis 1989 pour faciliter la mise en place de micro-projets. Elle
intervient sur tout le territoire dans divers secteurs économiques : transports, commerce,
agriculture, bâtiment, restauration et tourisme notamment. Les personnes sans emploi et qui
n’ont pas accès au crédit bancaire peuvent être aidées par l’ADIE pour réaliser un projet de
création d’entreprise, en complément d’autres dispositifs d’aide.

Document 3 : l’ADIE, un partenaire du développement

Les organismes officiels contribuent dans une certaine mesure à la mise en place des
prestataires de services privés : services de transport, hôteliers, services de restauration,
activités touristiques…

Les transports : le tourisme dépend des facilités d’accès par voie aérienne ou maritime. Les
transports aériens jouent notamment un rôle décisif dans le développement du tourisme
insulaire. La situation de monopole du transport aérien local implique des coûts élevés qui
vont à l’encontre du développement touristique aux Iles, d’après la Direction des Affaires
Economiques de la PIL.

Document 4 : Carte de la desserte aérienne d’Air Calédonie

Le Bético assure la liaison maritime entre Nouméa et les îles avec des coûts moins importants
comparés aux tarifs aériens.
D’après la Direction des Affaires Economiques de la province, les services de transports à
destination des îles iraient à l’encontre de leur développement touristique.
Les transports terrestres sont caractérisés par l’absence de transport en commun externe aux
gîtes et les locations de voitures se sont développées mais restent parfois assez onéreuses.

Les services d’hébergement : les structures d’hébergement ont fortement évolué
quantitativement et qualitativement ces dernières années. On compte au total 26 structures
d’hébergement de différent type, c’est-à-dire 86 chambres en milieu hôtelier et 30 cases
d’accueil chez l’habitant, en 2001.
Quatre types d’hébergement peuvent être observés aux Iles Loyauté :

  • le tourisme hôtelier occupe la place la plus importante avec en moyenne 50 % de la
    fréquentation touristique. Parmi les hôtels, le « Drehu Village » à Lifou, le « Nengone
    Village » à Maré, le « Paradis d’Ouvéa » donnent une bonne impulsion à la fréquentation
    touristique ;
  • les gîtes et motels représentent environ 30 % de la fréquentation touristique et l’ « accueil en
    tribu » ou la case d’hôte 20%. Les motels proposent des facilités pour la cuisine ;
  • le gîte tribal est l’hébergement du tourisme vert aux Iles mais, selon la Direction des
    Affaires Economiques de la province, 80 % des établissements ne répondraient pas aux
    normes sanitaires, de qualité, d’accueil, de confort et de sécurité attendues ;
  • quant à l’accueil chez l’habitant, il s’est répandu de manière désordonnée car il est le fait de
    personnes novices. Ce type d’hébergement répondrait peu aux normes de qualité et d’hygiène,
    d’après la Direction des Affaires Economiques.

On peut considérer le camping comme la cinquième structure d’hébergement présente mais il
en existe peu par rapport à la demande touristique de plus en plus forte.

Les services de restauration, les commerces : il existe peu de structures de restauration sur
les îles Loyauté ; elles sont pour la plupart peu professionnalisées.

Les activités touristiques : également peu professionnalisées, il s’agit le plus souvent
d’activités ponctuelles pratiquées dans les gîtes et certaines tribus. Les randonnées guidées se
développent. La plongée sous-marine et la pêche au gros sont les deux activités
professionnelles liées à la mer, elles participent pour 25 % à la fréquentation hôtelière de
Lifou. Cela démontre bien l’impulsion que les activités touristiques peuvent apporter aux
hébergements. Le développement du tourisme de plaisance se manifeste par la mise en place
de mouillages dans les trois îles Loyauté et par l’implantation d’une marina à Wé qui offre
des prestations telles que la clearance douanière d’arrivée et de sortie et des services divers
(douche chaude, bornes à électricité et à eau, laverie, navette...).

Document 5 : Carte touristique de l’île de Lifou

Conclusion

L’aménagement touristique aux îles est fortement dépendant de la bonne volonté de la
population locale et des instances administratives qui ont la charge de développer l’économie.
La prise en compte des milieux naturel et culturel est indissociable pour pérenniser le
développement touristique. Aux Iles Loyauté, le développement touristique amène des
structures d’accueil de différents types et des activités qui se diversifient. Pour répondre aux
exigences de la clientèle touristique, les Loyaltiens doivent faire des efforts au niveau du
professionnalisme : les perspectives d’emploi pour les jeunes sont nombreuses si elles sont
consacrées par le niveau de formation requis.


titre documents joints

L’aménagement touristique aux Iles Loyauté

15 octobre 2010
info document : PDF
1.1 Mo

Accompagnement du programme adapté de géographie en première bac pro.


Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 1446 / 887327 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Lycée professionnel   ?