Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

Les citoyens calédoniens et leurs territoires

jeudi 15 juillet 2010 par Cyril MORAT

1.3 Les citoyens calédoniens et leurs territoires

Commentaire

Il s’agit de mettre en évidence les différents niveaux territoriaux :
- communes et tribus
- Provinces
- territoire calédonien
- Etat
- espace Pacifique

Pour bien individualiser le niveau de responsabilité des élus, la répartition des tâches, les
moyens d’intervention de chaque citoyen : par exemple, le citoyen comme acteur de
l’aménagement du territoire au niveau communal, provincial, territorial (respect de
l’environnement terrestre et maritime, grands projets d’aménagement : voie de dégagement
Est, projets miniers, ports, routes)

Notions-clés

Citoyenneté, environnement, province, territoire, patrimoine, démocratie locale

Orientations

(Mise en oeuvre : environ 3 heures)

Ce point, par sa formulation, se
rapproche des intitulés des anciens
programmes d’éducation civique. Sa
finalité reste la même : faire des élèves des
citoyens responsables et actifs par une
meilleure compréhension du monde
contemporain.

L’approche choisie se différencie par la
volonté d’expliciter, au travers l’étude de
cas concrets, le rôle des différents acteurs
et le circuit de la décision. Avec le souci de
travailler sur les différentes échelles
territoriales, les études de cas permettent
d’identifier les compétences et les
responsabilités à chaque niveau.
Cette approche répond à la nécessité de
rendre explicite l’évolution des rapports
entre les citoyens et le territoire, entreprise
depuis un peu plus d’une décennie (depuis
1988). L’organisation des institutions néocalédoniennes
(Gouvernement, Congrès,
Sénat coutumier) place la Nouvelle
Calédonie dans une optique administrative
différente de celle de la métropole. La
provincialisation se substituant à la
régionalisation, le transfert progressif des
compétences (ex : l’éducation…) sont
autant d’éléments qui orientent la Nouvelle
Calédonie sur une voie qui lui est propre.

Alors que d’un point de vue statutaire tout
l’artifice législatif est en cours de création
des questions de fond apparaissent :
création d’une citoyenneté calédonienne,
d’une nationalité calédonienne, droit de
vote, reconnaissance culturelle des
différentes communautés du territoire. Un
éclaircissement de ces différents points est
conseillé pour permettre aux élèves de
mieux appréhender la réalité administrative
du Territoire et ainsi pouvoir prendre une
part plus active dans le processus
décisionnel car une plus grande
participation aux affaires publiques de la
population est un gage du respect de l’Etat
de droit. Cette dernière notion est en
filigrane dans cette séquence.

La mondialisation rend
interdépendants les hommes, les
économies et les modes de vie. Il ne s’agit
pas seulement de protection, mais d’une
gestion de l’ensemble des ressources et des
biens ou infrastructures réalisées par les
diverses communautés humaines. On peut
parler de patrimoine (historique et culturel)
et d’écocitoyenneté. L’environnement est
pris dans sa définition la plus large :
éléments naturels et matériels, activités et
comportements sociaux en interaction.

Il s’agit d’étudier des situations
concrètes : à partir d’un problème
d’aménagement, on laisse les élèves
proposer des pistes de résolution, puis les
comparer aux décisions prises par les
communes ou les Provinces. En effet il ne
s’agit pas d’exposer a priori comment
celles-ci ont résolu la difficulté, ce qui
autoriserait une critique aussi vaine que
peu formatrice.

Un travail sur dossiers paraît
préférable. Ceux-ci peuvent être composés
par exemple d’une photographie aérienne
et de la carte associée, de documents
techniques, comme les plans de situation
des zones à risques (inondations,
glissement de terrains, usines classées
dangereuses…), des monuments à
protéger, des champs de captage d’eau, ou
comme les procédures d’enquête publique
pour une route (VDE), une zone
industrielle. Articles de presse
contradictoires, séquences vidéo peuvent
étoffer le dossier « technique ». On peut
ainsi mettre en lumière les moyens
d’action légaux que les citoyens possèdent
en démocratie : la presse, les syndicats, les
associations, les manifestations, le bulletin
de vote…

Cette démarche s’ancre dans la
géographie concrète. L’étude de ces
dossiers prend en compte les points 3 et 4
du programme de géographie. Le fil
directeur des dossiers reste l’approche
environnementale.
L’environnement s’analyse aux
mêmes échelles que celles qui ont été
définies au point 4 du programme. Un
travail sur deux dossiers portant sur des
problèmes différents et à des niveaux
d’échelles variés semble souhaitable : par
exemple, l’étude d’un POS communal avec
zones à risques associée à une procédure
d’enquête publique ; le problème de la
dégradation du lagon, les dégradations
environnementales liées à l’exploitation
minière.


titre documents joints

Les citoyens calédoniens et leurs territoires

15 octobre 2010
info document : PDF
12.1 ko

Accompagnement du programme adapté de géographie en première bac pro.


Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 351 / 456879 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Lycée professionnel   ?