Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

La création de la route du Pacifique

samedi 17 juillet 2010 par Isabelle MERLE

Résumé :

Cette contribution s’attache à décrire les modalités par lesquelles l’espace Pacifique fut
progressivement construit géographiquement, reconnu et cartographié et connecté aux échanges
et autres espaces mondiaux entre le XVe siècle et le XIXe siècle. Déconnecté du reste du monde
jusqu’au XVIe siècle, cet espace austral s’inscrit cependant dans un imaginaire européen
géographique ancien. Puis il se réduit à un fil pour les Espagnols du XVIe siècle qui naviguent au
nord entre Asie et Nouvelle-Espagne. Quelques uns tentent d’étendre l’expérience américaine de
la conquête jusque dans les îles mélanésiennes. Au XVIIe, l’espace Pacifique se trouve à la
périphérie d’un vaste espace mercantile hollandais, zone que ces derniers tentent d’incorporer. Au
XVIIIe, il devient un espace en soit, dévoilé par des expéditions britanniques et françaises, qui se
veulent scientifiques mais engage un effet de connaissance dont la conséquence sera l’avènement
de l’emprise coloniale.

Introduction :

JPEG - 25.5 ko
Carte géographique du Pacifique

I - Mondes connectés, mondes déconnectés

Le Pacifique, c’est d’abord un océan, le plus vaste (et le plus profond) du monde qui s’étire dans
sa plus grande largeur sur près de la moitié de la circonférence du globe soit 17 500 km des
Philippines à Panama et dans sa longueur, de l’Antarctique aux côtes asiatiques, sur 14 000 km.
Au total, cette immense masse océanique couvre 165 à 181 millions de Km2. La profondeur
moyenne est de 4300 mètres, avec les failles les plus profondes de la planète comme celle de Tonga
ou Kermadec de 11000 mètres.

On l’appelle le Pacifique. Ce fut le nom que lui donna le premier Européen qui le parcourut
en 1519 en contournant l’Amérique du Sud jusqu’aux Philippines. Magellan fit une traversée sur
une mer calme et c’est pourquoi il appela cet océan le Pacifique. Mais le terme mit longtemps à
s’imposer. Jusqu’au début du XIXe siècle, on parle plus volontiers des mers du sud, des mers
australes ou encore du Grand Océan, termes qui finiront par être limités à un usage littéraire.

Cet espace Pacifique est, selon les géographes Antheaume et Bonnemaison [1], un espace
gigogne :
- Le bassin Pacifique englobe les côtes des pays riverains, disposés au pourtour du Grand
Océan.
- Sur la façade occidentale, du Nord au Sud, l’Extrême-Orient russe, la Chine, la péninsule
coréenne, le Japon, le Sud-est asiatique, les grands archipels insulindiens dont les
confins orientaux s’articulent avec l’Arc mélanésien
- Sur la façade orientale, du Nord au Sud, répond en symétrie, le continent américain
dans toute sa longueur
- Au sud, le continent antarctique n’apparaît que comme une très lointaine bordure.
L’Australie forme un fragment de frontière ouest alors que la Nouvelle-Zélande ne suffit
pas à colmater la brèche méridionale. En son centre, cet immense espace aux frontières
floues recèle un monde d’îles et d’archipels éparpillé d’ouest en est.

Entre 1810 et 1829, l a Géographie Universelle en huit volumes que publie le Français Conrad Malte-
Brun [2] - première tentative de description complète du monde dans une géographie « moderne » -
s’attache à qualifier cette cinquième partie du monde. Après l’Europe, l’Asie, l’Afrique,
l’Amérique, apparaît le cinquième des continents, le moins continental d’entre eux, d’où le nom
choisi Océanique en 1813 pour devenir Océanie en 1837.

À cette date et jusque dans les confins du globe, dans les mers les plus lointaines de l’hémisphère
austral, les territoires sont reconnus, leurs côtes cartographiées, leurs reliefs repérés. L’antarctique,
lui-même, tout au sud, dont l’approche fut si difficile créant pendant longtemps une confusion à
propos de sa nature : banquise ou véritable continent, vient d’être accosté par le Français Dumont
d’Urville sur sa partie orientale, nommée Terre d’Adélie. En 1842, les côtes de cet ultime continent
sont dessinées.

Il aura fallu plus de trois siècles aux Européens pour s’avancer jusqu’aux limites extrêmes de
l’hémisphère austral et explorer les bordures d’un monde désormais fini inscrit dans une
géographie désenchantée. Il a été finalement plus simple, pour les hommes du XVIe, XVIIe et
XVIIIe de naviguer jusqu’au bout de la terre en dépit des dangers de la mer.
En ce milieu du XIXe siècle, il reste à découvrir l’intérieur des territoires, l’Afrique, l’Australie,
l’Antarctique et tardivement, autour des années 1930, la Nouvelle Guinée qualifiée de the last
frontier dont les hautes terres s’élèvent jusqu’à 5000 mètres d’altitude.
C’est avec émerveillement que l’anthropologie découvrira dans les années 1940 quelques 200 ans
après les premiers contacts dans le Pacifique, la présence d’une population dense, installée au cœur
des hauteurs de la Nouvelle-Guinée, préservée du contact direct avec le reste du monde, recélant
une variété de cultures inviolées dite « primitives » que l’on n’espérait plus trouver.
Les hommes, désormais, sont entièrement et directement connectés.

JPEG - 20.8 ko
The old World in 1400 : major trade roads
E.Wolf, p. 28

Lorsqu’Eric Wolf, dans son livre Europe and the people without history, s’emploie à décrire le monde,
en 1400, à la veille des grandes découvertes, il décrit un monde fragmenté qui se présente comme
le prolongement extrême d’un ensemble de continents enclavés depuis le néolithique. Certains
sont depuis longtemps connectés par des routes par lesquelles transitent, biens, hommes, idées
avec plus ou moins d’intensité. C’est le cas de l’Europe, l’Asie et l’Afrique. D’autres, au contraire,
sont complètement isolés, territoires du nouveau monde, l’Amérique, le Pacifique.
Entre l’Europe et l’Asie, transitent, on le sait, les biens précieux du temps, la soie et les étoffes
d’une part ou encore les épices, clous de girofle, gingembre, cannelle, poivre, cardamone dont
l’usage culinaire et médicinal progresse sous la Renaissance. On trouve ces épices en Inde, en Asie
du Sud est, et surtout dans les îles des Philippines, les Moluques, Malacca.
Mais les routes par voie de terre ou de mer, se heurtent alors à la puissance ottomane en pleine
expansion qui s’étend de l’Afrique du Nord jusqu’au golfe persique et dont les influences vont
bien au-delà ainsi qu’aux intermédiaires Vénitiens et Génois.
Le monde musulman puissant est l’ennemi numéro 1, on le sait, de l’Europe chrétienne et des
Ibériques en particulier qui, à la fin du XVe siècle (1474) avec la centralisation de l’Espagne sous
Isabelle de Castille parviennent tout juste à pousser les Maures hors de la péninsule. Ce monde
musulman s’impose comme un intermédiaire obligé ou un verrou incontournable entre l’Europe
et l’Asie.
Entre les mondes arabo-musulmans et les mondes asiatiques, les circulations sont anciennes,
soutenus, alors que l’Islam se diffuse. Les Portugais et Espagnols, prenant pied le long des côtes
asiatiques au XVe siècle se trouvent au prise à des univers sociaux cosmopolites et mobiles qu’ils
sont très loin alors de maîtriser.
L’Afrique quoiqu’excentrée, participe de longue date aux échanges par le biais des routes
continentales qui la traversent et les multiples liens avec le monde arabe jusqu’à l’empire ottoman.
Au cœur de ces mondes connectés, il y a un océan essentiel, l’océan indien ou l’empire maritime
du milieu, objet de toutes les convoitises. Il faut se souvenir que c’est l’accès à l’Inde, l’appât des
épices et des richesses qui poussent les Portugais avec Bartholomé Diaz et les Espagnols avec
Christophe Colomb à ouvrir de nouvelles routes maritimes.
En partant vers le sud, le long des côtes africaines pour contourner le continent ou en partant vers
l’ouest pour tenter une route alternative que l’on pense courte, Portugais et Espagnols cherchent à
éviter les verrous musulmans et les ports méditerranéens. Du côté asiatique l’océan indien est
connu du moins le long des côtes et les réseaux de commerce par l’intermédiaire de marchands
arabes atteignent l’Afrique de l’est.

On sait par ailleurs que les sept expéditions de l’amiral chinois Cheng-ho entre 1405 et 1433, ont
laissé les traces écrites des traversées qu’il a entreprises entre la mer de Chine jusqu’au
Mozambique. L’hypothèse a été faite que Cheng Ho ait pu voyager très au sud vers les côtes australiennes et jusqu’aux Antilles mais rien véritablement ne le prouve. De fait, les mondes
interconnectés, européens, asiatiques et africains pour parties s’opposent à ceux qu’on appelle les
« Nouveaux Mondes » qui, hormis les routes de navigations ouvertes par les Vikings entre le
Groenland et Terre neuve autour de l’an mille et refermée ensuite dans les glaces, ont constitué
des isolats sur une très longue durée depuis l’achèvement des processus de peuplements humains.
Ils ont connu ensuite des dynamiques, développements et mobilités spécifiques.

JPEG - 20.4 ko
Sahul et Sunda

Concernant le Pacifique, on sait aujourd’hui, que les peuples de la région sont venus d’Asie, y
compris ceux, installés dans les îles orientales plus proches du continent américain. Les ancêtres
des Aborigènes ont traversé les bras de mer séparant sous l’ère glaciaire, il y a quelque 60 000 ans
la vaste terre émergée du nord que les préhistoriens appellent Sunda de celle du sud appelée
Sahul, recouvrant la Nouvelle-Guinée, l’Australie et la Tasmanie actuelle. La fin de l’ère glaciaire,
il y a 10 000 ans marque l’isolement par les eaux de la Tasmanie au sud et de l’Australie au nord.
L’isolement de la Tasmanie semble radical. L’arrivée du Dingo en Australie et celle du cochon en
Nouvelle-Guinée, il y a environ 5000 ans puis d’évidence de contacts entre Aborigènes de la côte
nord et pêcheurs macassan d’Indonésie ou insulaires des Torres Strait prouve que l’isolat
australien ou celui de la Nouvelle Guinée peut être relatif.

JPEG - 29 ko
Expansion austronésienne : les sites lapita

Il y a 3000 ans, une nouvelle vague austronésienne cette fois, partie de Taiwan pour se répandre
au sud, atteint la Nouvelle-Guinée et les îles du Pacifique central, jusqu’à Tonga/Samoa. Si les
échanges à longue distance persistent longtemps entre les îles de l’ouest et les îles du Pacifique
central, les contacts avec l’Asie sont coupés si ce n’est des influences linguistiques en Micronésie,
le monde austronésien développant un complexe culturel distinctif, les Lapita, qui disparaît à la
fin du premier millénaire avant Jésus Christ.

JPEG - 49.3 ko
Expansion polynésienne

Ce n’est qu’au premier millénaire après Jésus-Christ, que la dernière vague de peuplement
s’élance, à partir de Tonga/ Samoa vers les îles les plus reculées du Pacifique orientale. On a
longtemps cru à des possibles migrations venues du Pérou. On sait seulement que la patate douce,
centrale dans l’alimentation précoloniale de la Polynésie, effectivement originaire du Pérou est
arrivée dans les îles. Mais les Polynésiens eux-mêmes sont les descendants des Austronésiens.

L’ensemble des peuples du Pacifique, comme les Amérindiens ont vécu à l’écart des circulations
asiatiques et européennes jusqu’au XVe-XVIe. Des mondes qui s’ignorent. La rencontre entre
« vieux monde » et « nouveau monde » se fabrique alors à l’aune de cette radicale méconnaissance
mutuelle préalable, cette surprise ou stupeur réciproque qu’engagent alors les « premiers
contacts ». Mais on ne peut ignorer les préconceptions ou horizons d’attente. Car de part et
d’autre, selon des registres très différents, pour les uns prophéties ou cosmogonies rendant
pensables l’arrivée d’étrangers déifiés, pour les autres hypothèses géographiques, continents
mythiques, richesses ou expériences avec d’autres « sauvages » déterminent les modalités des
premières rencontres. En cela, le Pacifique occupe une place particulière dans la conscience
européenne. Car radicalement ignoré jusqu’au début du XVIe siècle, il s’inscrit néanmoins depuis
très longtemps dans un imaginaire géographique.

II- Le Pacifique dans le désenclavement du monde

JPEG - 129.5 ko
Petrus Plancius, World Map, 1594
The Furthest Shore, p. 42

Au premier siècle après Jésus Christ, le mathématicien - astronome et géographe Ptolémée, ayant
prouvé par calcul la rotondité de la terre, imaginait par-delà le monde connu, un vaste continent,
placé aux confins de l’hémisphère austral, garant de l’équilibre du globe. Un auteur écrit en 1937 :
« De même qu’on supposait qu’à l’ouest s’étendait l’Atlantide et d’autres contrées mystérieuses,
on trouvait aussi naturel de croire à des terres australes. Une telle hypothèse semblait même être
nécessaire et exigée par la loi de la symétrie. Si le Globe terrestre était un tout harmonieux, pourquoi l’hémisphère austral ne reproduirait–il pas les mêmes dispositions des terres et des mers
que l’hémisphère boréal. Les cosmographes grecs étaient cependant persuadés que les terres
australes resteraient à jamais inconnues. Ils divisaient le monde en cinq parties dont une, la zone
torride, était rendue inhabitable par la « furie du soleil » et formait une barrière infranchissable
entre les deux hémisphères tempérés. » [3]

Ce mythe poursuivit les Européens jusqu’au XVIIIe siècle. En 1295, Marco Polo dont on pense
qu’il accosta au Viet Nam est persuadé d’avoir découvert la Terra Australis Incognita. Il décrit « un
pays d’une richesse incroyable où l’on trouve l’or en grande quantité, des bois de teinture et des
éléphants en grand nombre ».

Les cartes élaborées selon les vues de Ptolémée redécouvertes en Europe au XVe siècle, et en
particulier la plus connue d’entre elles, celle de Mercator publiée en 1569, dessinent un vaste
continent au sud de toutes les mers connues. Ce continent de tous les possibles devient un
aiguillon pour les expéditions organisées dans le Pacifique par les Européens, Espagnols au XVIe
siècle, Hollandais aux XVIIe, Anglais et Français aux XVIIIe. Les Espagnols cherchent le continent
austral le long des côtes de la Nouvelle Guinée, aux Salomons et jusqu’à Santo (Vanuatu) entre
1520 et 1606 sous la direction d’un Mendana ou d’un Quiros. Les Hollandais reconnaissent au
XVIIe siècle les côtes ouest de l’actuelle Australie, celles de la Tasmanie au sud ou encore celles de
la Nouvelle-Zélande à l’est. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Buffon, De Brosses,
Mauperthuis, Cuvier et d’autres reprennent la théorie de l’équilibre du globe émise par Ptolémée.
Une masse terrestre doit s’étendre dans les espaces à peine reconnus ou complètement inconnus
situés entre le tropique du Cancer et le 50e parallèle. Les cartes utilisées par Byron, Wallis,
Carteret, Bougainville jusqu’à James Cook inscrivent parfois les tracés de cette terre que l’on
imagine ou laisse prudemment en blanc ces confins du globe encore à découvrir. C’est finalement
le second voyage de James Cook en 1772 qui poussant la reconnaissance loin au sud jusqu’au
cercle antarctique met un point final à cette conjecture australe multiséculaire.

JPEG - 14.8 ko
Les navires de Magellan
JPEG - 23.1 ko
L’hémisphère orientale d’après Mercator
Magellanica, OKH Spate, p. 247

En pratique, c’est en 1513 qu’un Européen, Vasco Nunez de Balboa, conquistadore au service de la
Couronne de Castille, aperçoit pour la première fois du haut des montagnes qui surplombent
l’isthme de Panama, une vaste étendue d’eau qu’il nomme « Mar del Sur ».
6 ans plus tard, en 1519, Magellan, lui aussi au service de la Couronne de Castille, entreprend une
première traversée en passant par le détroit qui prendra son nom au sud du continent américain :
le détroit de Magellan. Longeant les côtes de la terre de feu, il est persuadé de voir là, la pointe
avancée d’un continent austral. Il faudra attendre 1578 et le navigateur Francis Drake pour que
l’on découvre que la Terre de Feu est une île et 1624 pour que l’on trouve le passage au sud du
Cap Horn. La première route vers le Pacifique via le Cap Horn est ouverte.

JPEG - 42.8 ko
Les vents du Pacifique

Poussé par les courants et les vents ainsi que par la volonté de rejoindre des latitudes plus
chaudes, Magellan remonte le long des côtes de l’actuel Chili puis rencontre les Alizés qui le
poussent vers l’Ouest dans les immensités maritimes, passant au nord des Tuamotus jusqu’à
l’actuelle Guam. Nombreux sont les explorateurs suivants, Espagnols au XVIe, Hollandais au
XVIIe, Français et Anglais au XVIIIe, qui suivront la même route que Magellan en maintenant le
cap ouest dans ce que l’historien OKH Spate appelle le corridor des Tuamotus, zone située entre
15°et 25° de latitude ou soufflent avec régularité les alizés et dans lequel se trouvent les Marquises,
l’archipel des Tuamotous et les îles de la Société.

JPEG - 39.5 ko
Le corridor des Tuamotus

Mais plutôt que de poursuivre à l’ouest, Magellan remonte vers le nord, naviguant dans la zone
du Pacifique les plus vides. À l’issue de trois mois d’une navigation, il accoste à Guam, dans les
îles Mariannes, dont le triste privilège pour les habitants du lieu est de devenir une escale
essentielle sur la route du Pacifique nord. Les Espagnols opèrent au cours de ce voyage une
performance maritime, la première circumnavigation de l’histoire. Mais ils expérimentent aussi
l’extrême difficulté de la navigation dans le Pacifique qui impose des tranches sans escales parmi
les plus longues que l’on peut trouver dans l’histoire des voyages maritimes. Ce fait est à retenir,
car dans l’histoire des « premiers contacts » dans le Pacifique, pèse lourd cette contrainte physique
et matérielle, l’arrivée d’équipages européens épuisés, à bout de ressources alimentaires, à bout de
ressources en eaux et bois, et gravement atteints jusqu’à la toute fin du XVIIIe siècle, du scorbut.

JPEG - 40 ko
L’Asie proche
Spate I, p122
JPEG - 6.6 ko
Magellan

D’autant plus que Magellan comme Cortès après lui, évaluent très mal les distances et pensant
l’Asie bien plus proche des côtes américaines et se trouvent rapidement à bout de ressource.
L’arrivée à Guam, nommée île des voleurs, première trace d’une réputation de l’insulaire
polynésien qui le poursuivra longtemps, est tout simplement catastrophique. Le « vol » récurrent
en Micronésie et Polynésie lors des premiers contacts, s’inscrit dans la continuité de pratiques qui
consistent à prendre ce qu’offrent les divinités dont les rituels mettent en scène des visites à
échéances régulières. Prendre et offrir. Mais pour les Espagnols, le malentendu est total et la
réponse extrêmement violente. Violence qui règne d’ailleurs sur le bateau même. Mutineries,
famines, naufrages émaillent cet exploit maritime. Sur 260 marins, 18 seulement rentrent à bon
port sur l’unique navire rescapé d’une flotte de cinq au départ. Magellan, lui-même, meurt sous
les coups des gens de Cebu aux Philippines et lorsqu’enfin le reste de l’expédition arrive aux
Moluques, îles aux Epices, ils trouvent les Portugais déjà installés.
Plutôt que de prendre les risques d’un tel voyage, la Couronne de Castille, à partir de 1525, préfère
s’appuyer sur son nouvel empire, la Nouvelle-Espagne pour entreprendre l’exploration de la Mar
del Sur. Le but est double. Il s’agit d’abord de trouver une route alternative vers les Moluques pour
contrer l’avance Portugaise et capter les richesses asiatiques. Il s’agit ensuite d’entreprendre la
quête du continent austral et celle d’îles mythiques situées à l’ouest dont témoignerait la légende
d’Ophir qui circulent sur les bateaux portugais et espagnols renforcée par celle de Tupac
Yupanqui et de sa flotte inca recueillie au Pérou.
La route alternative vers les Philippines fut difficile à trouver car s’il était facile de naviguer d’est
en ouest en utilisant les alizés, il était en revanche très difficile de revenir « contre le vent ». Et il
faudra pas moins d’une cinquantaine d’année pour qu’enfin l’expédition d’Urdaneta trouve le
moyen d’utiliser les vents en fonction des saisons. En partant en juin de Cébu, aux Philippines, on
peut remonter au nord grâce aux vents de la mousson pour rejoindre les Westerlies et se laisser
porter jusqu’aux côtes californiennes puis Acapulco. Le départ s’opère entre novembre et avril
pour rejoindre au plus vite les alizés qui soufflent d’est en ouest. Ainsi s’instaure, la fameuse route
des Galions, fil de communication essentiel entre l’Asie et la Nouvelle-Espagne, au moment même
où Philippe II se trouve à la tête d’une péninsule ibérique unifiée et d’un immense empire qu’il
augmente en 1566 de l’occupation des Philippines et de Guam.
Ainsi le Pacifique se trouve-t-il pour la première fois connecté aux grands échanges mondiaux non
pas comme espace à conquérir mais seulement par l’intermédiaire d’une ligne qui traversent les
espaces nord et vides. C’est par ce fil que transitent biens, idées, hommes entre la Nouvelle-
Espagne alors florissante et l’Asie. Derrière la Nouvelle-Espagne, il y a l’Europe et la Castille.
Derrière les Philippines, il y a la Chine.
La route des galions ajoute un segment essentiel à l’espace mondialisé que recouvre la Monarchie
Catholique et rapproche l’Europe et l’Asie. Le terme mundo prend alors un sens nouveau car
l’expansionnisme ibérique opère désormais « sur toute la rotondité de la terre » grâce, en autres
choses, aux progrès de la navigation qui parviennent à transformer, comme l’écrit Serge Gruzinski, « un événement exceptionnel – la traversée du Pacifique – en un exercice de routine à
haut risque ».

JPEG - 34.2 ko
The spaniards in Melanesia
Spate I, p122

La quête du continent austral et des îles s’avère, à l’inverse, infructueuse. Alors que les
expéditions françaises et anglaises de la fin du XVIIIe siècle pourraient être qualifiées de
polynésiennes au sens où elles concentrent une très large part de leur attention à cette partie du
Pacifique, les expéditions espagnoles du XVIe siècle rencontrent principalement, hormis les
Marquises, la partie occidentale du Pacifique et les peuples mélanésiens.
Les côtes de la Nouvelle Guinée sont connues grâce au retour de quelques naufragés espagnols
tandis que les trois expéditions phares organisées sous la direction de Mendana et Quiros en 1568,
1595 et 1606 découvrent les Salomons et le Vanuatu ou l’idée est de fonder de véritables colonies
de peuplement.

Longtemps discréditées par une historiographie du Pacifique massivement dominée par les
recherches anglophones qui valorisent les navigateurs du XVIIIe siècle et James Cook en premier
lieu, les expéditions espagnoles doivent être mieux comprises dans le contexte qui est le leur. Dans
la stricte continuité de la conquête des Amériques, Mendana et Quiros transportent avec eux les
projets coloniaux à l’œuvre sur le continent, projets privilégiant la fondation de localités et de
villages sur la base d’une installation de colons au côté de populations évangélisées et regroupées,
encadrées par une présence missionnaire f orte.
Quiros, certes, est utopique lorsqu’il imagine la fondation d’une Nouvelle Jérusalem, ses églises,
ses rues et ses marbres, sur une plage de Santo devant un équipage sceptique aux prises à des
insulaires hostiles. Mais il est cohérent avec un projet urbain et rayonnant, une ville sur la côte est
qui ferait face à la vice-Royauté du Pérou, une ville sur la côte ouest qui ferait face à la vice-
royauté des Philippines. Ainsi devaient naître à mi-chemin des deux grandes colonies espagnoles
implantées sur les côtes du bassin Pacifique : les établissements australs. Mais l’empire de Philippe
II n’est plus en mesure de soutenir de telles promesses. L’expédition de Quiros est un ultime effort
et échec de l’expansion de la Nouvelle Espagne des conquistadores mais la mémoire de
l’expérience reste. En 1772, le Vice roi du Pérou relance une expédition avec à bord des
Franciscains, vers Tahiti, qui vient d’être découverte par les Britanniques.
Et les descriptions d’îles merveilleuses laissées par Quiros influencent considérablement les
compétiteurs suivants que sont les Hollandais d’une part et les Britanniques d’autre part.

JPEG - 38.8 ko
L’empire colonial hollandais

Dans le contexte des Provinces Unies, émancipées de la tutelle espagnole depuis 1581, les efforts
des cartographes flamands à qui l’on doit la première carte du globe de Mercator ainsi que deux
expéditions vers l’Inde et la Chine (1580-1590) précèdent et anticipent un mouvement d’expansion
coloniale qui s’appuie, grâce à la fondation d’une compagnie à charte unifiée en 1602 (Verenigde
Oostindische Compagnie ou VOC), sur l’installation de comptoirs commerciaux en Asie, la plupart
saisis aux Portugais.
Les principales îles des Moluques tombent aux mains des Hollandais en 1613 puis Java en 1619,
Taiwan en 1624, Malacca en 1642. L’implantation des Hollandais au Cap de Bonne Espérance en
1652 leur permet d’organiser un vaste réseau d’échanges dans l’océan indien aux marges duquel
se situent les zones encore inconnues du continent austral. Et c’est en prenant appui, sur leurs
colonies récemment conquises en Insulinde que la VOC organise des expéditions vers le sud dans
l’espoir d’incorporer dans leur empire mercantiliste les terres australes supposées déceler les
ressources promises par Quiros.
L’espoir est déçu. Ni les côtes de la Nouvelle-Guinée, ni les côtes de l’Australie occidentale ou
celles de la Tasmanie, ni même celles de la Nouvelle-Zélande ne semblent offrir les ressources ou
encore la sécurité attendues. Les insulaires papous et maoris gagnent la réputation d’êtres hostiles,
guerriers et anthropophages. Les Aborigènes dont le territoire s’avère être terriblement aride,
paraissent des plus primitifs tandis que les Tasmaniens restent invisibles. Seule Tonga trouve grâce aux yeux d’un Tasman qui, reçu en grandes pompes par le chef de Tongatapu, trouve là des
insulaires accueillants qu’il oppose aux insulaires du Pacifique occidental, amorçant une
distinction qui va peser lourd entre Polynésiens bienveillants et Mélanésiens hostiles.
Grâce à Tasman, cependant, et aux hommes qui travaillent dans l’ombre de la VOC, et constituent
une impressionnante collection d’histoire naturelle, de cartes et graphiques, de calculs et dessins,
d’observations ethnographiques, botaniques et topographiques, les aristocraties européennes au
XVIIe siècle prennent goût aux cabinets de curiosité, aux jardins botaniques, aux zoos, aux objets
exotiques et connaissances scientifiques. C’est aussi sur cette accumulation du siècle précédent
que les hommes du XVIIIe, tels que Linné, Cook, Banks, Buffon et bien d’autres s’appuient, tandis
que les récits imaginaires, écrits pour beaucoup par des auteurs français, prennent pour terrains
d’aventure un Pacifique encore inconnu mais déjà fantasmé.
Les expéditions dites scientifiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle vont dévoiler au regard
européen l’immense richesse et variété des terres et des peuples que recèle cette région. Circulant
de part en part dans l’ensemble du Pacifique, les territoires sont, les uns après les autres,
cartographiés, reconnus. Au-delà du dessin des côtes, Tahiti et la Nouvelle-Zélande constituent
deux lieux essentiels de rencontres entre Européens et Insulaires sont particulièrement intenses et
répétées car non seulement plusieurs bateaux s’y succèdent entre 1760 et 1780 mais certains
comme Cook y reviennent à plusieurs reprise, trouvant la des escales précieuses dans les voyages
très longs qu’exige l’exploration des mers du Sud.

JPEG - 41.4 ko
Voyages du Capitaine Cook

Ces expéditions « scientifiques », qu’il s’agisse de James Cook ou de Bougainville ne poursuivent
pas un but colonial immédiat même s’il s’agit de rapporter en Europe non seulement toute une
série d’observations botaniques, ethnologiques, astronomiques, faunistiques et maritimes mais
aussi une évaluation des ressources potentielles, richesses des sols, climats, ressources végétales
etc. Mais ces expéditions ont un impact considérable avec le succès remarquable des récits de
voyage et surtout ont pour fonction d’avertir négociants, missionnaires et gouvernements, au sujet
des terres australes. Ce qui provoque dans les dix ans qui suivent le passage de James Cook, un
processus d’implantation colonial en trois lieux, processus irrémédiable et à vocation
d’expansion :
Lors de son premier voyage dans le Pacifique en 1769, Cook découvre la côte est de l’Australie et
accoste dans un lieu qu’il appelle Botany Ba y. Il est accompagné du jeune naturaliste, Joseph Bank,
qui deviendra le président de la Royal Society, éminente société scientifique britannique. On doit à
Joseph Banks le nom de Botany Bay tant il avait été impressionné par la richesse de la flore et en
1786, ce même Joseph Banks est convoqué par le gouvernement de la Couronne pour contribuer à
la réflexion qui est alors en cours sur un lieu possible d’implantation des prisonniers britanniques
qui, auparavant étaient expédiés vers les colonies américaines au titre de la peine de la
transportation. Les États-Unis, indépendants depuis 1776, se refusent à perpétuer le système. Sur
les conseils de Joseph Banks, Botany Bay est choisi comme lieu d’exil britannique et la première
flotte arrive en 1788 ouvrant la voie à une immigration pénale qui perdurera jusqu’en 1868 et
entrainera 160 000 personnes vers les rivages australiens, contribuant par la même à la fondation
de l’Australie coloniale.
Lors de son troisième voyage en 1776-1778, James Cook en route vers le nord de l’Alaska pour
trouver le fameux passage Nord Ouest, découvre l’archipel d’Hawaii. Il y fait une escale puis
remontant au nord, achète des peaux de loutres à des indiens. Il retourne à Hawaii au retour et y
trouve la mort. Les bateaux rentrent sur l’Angleterre en passant par Macao où ils présentent les
peaux de loutres qui trouvent un grand succès. La nouvelle se propage et dès 1785, les premiers
négociants américains débarquent à Hawaii, qui devient une escale essentielle sur la route du
commerce de fourrure entre les États-Unis et Canton. La présence des négociants, l’afflux de biens
nouveaux et d’armes transforment rapidement et en profondeur la société hawaiienne.
Enfin, Tahiti incarne à la fin du XVIIIe siècle, on le sait une île de Cythère et le royaume du bon
sauvage. Dans le même temps, le protestantisme anglais connaît un formidable regain grâce au
Réveil et les adeptes qui prêchent auprès de nouvelles classes urbaines issue de la Révolution industrielle s’intéressent de très près au Nouveau Monde. En 1795, la London Missionary Society
s’organise et prend pour cible Tahiti, sa première destination d’évangélisation. Les débuts sont
laborieux mais Tahiti devient néanmoins un centre de diffusion du christianisme dans le Pacifique
central et oriental. En 1840, l’ensemble des populations polynésiennes sont touchées par le
message chrétien.

L’isolement du Pacifique est définitivement rompu et la mécanique coloniale s’enclenche. La
découverte du Santal et de la bêche de mer dans les îles polynésiennes ouvre la voie à un
commerce triangulaire entre Sydney, Canton ou se vend le Santal et la Grande-Bretagne qui
importe du thé de Chine. Les grandes pêches aux mammifères marins, jusque là cantonnées dans
l’Atlantique basculent dans le Pacifique à partir de 1820. Baleiniers britanniques, français et
américains circulent en Tasmanie et Nouvelle-Zélande. Le peuplement britannique de l’Australie
se répand en Nouvelle-Zélande, les groupes missionnaires se multiplient et drainent l’intérêt
d’autres nations, parmi elles, la France et l’Allemagne.

JPEG - 26.8 ko
La question des origines

[1Benoît Antheaume et Joël Bonnemaison, Atlas des îles et des Etats du Pacifique, Montpellier/Paris, 1988.

[2Conrad Malte-Brun, Précis de géographie universelle, ou Description de toutes les parties du monde, sur un plan
nouveau, d’après les grandes divisions naturelles du globe, précédée de l’histoire de la géographie chez les peuples anciens et
modernes, et d’une théorie générale de la géographie mathématique, physique et politique, et accompagnée de cartes, de tableaux
analytiques, synoptiques et élémentaires, Paris, F. Buisson, 1810-1829, 8 vol.

[3A.C. Taylor, Le Président de Brosses et l’Australie, 1937)


titre documents joints

Documents. La création de la route du Pacifique

16 août 2010
info document : PDF
3.8 Mo

LES DOCUMENTS DE LA CONFÉRENCE DONNÉE PAR ISABELLE MERLE – IRIS – CNRS PARIS LE 22 JANVIER 2008 DANS LE CYCLE « HISTOIRE MONDIALE DE LA COLONISATION » MUSÉE DU QUAI BRANLY


La création de la route du Pacifique

16 août 2010
info document : PDF
119.4 ko

LE TEXTE DE LA CONFÉRENCE DONNÉE PAR ISABELLE MERLE – IRIS – CNRS PARIS LE 22 JANVIER 2008 DANS LE CYCLE « HISTOIRE MONDIALE DE LA COLONISATION » MUSÉE DU QUAI BRANLY


Isabelle MERLE

Articles de cet auteur

Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 3759 / 456719 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Se documenter  Suivre la vie du site Histoire  Suivre la vie du site Civilisation traditionnelle et premiers contacts   ?