Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

Le diabète en Nouvelle Calédonie et en Océanie intertropicale

samedi 17 juillet 2010 par Elizabeth JEULIN

Cette séance peut être utilisée pour les classes de T STG et de 1 er ST2S.
Son application pédagogique dépend des textes d’accompagnement et des épreuves au baccalauréat.
Ce thème fait partie de la progression annuelle en TSTG de la 3e partie, « Uniformisation et fracture du
monde », sujet d’étude au choix : la santé.
Pour les 1er ST2S, ce sujet d’étude se place dans la partie « Dynamique et localisation des activités et des
populations en France » La santé adaptée en Nouvelle-Calédonie.

On va s’intéresser à cette pathologie en Nouvelle-Calédonie et la mettre en relation avec les autres pays de
l’Océanie inter tropicale.
On aborde des notions médicales, leur compréhension est nécessaire au sujet (index vocabulaire).
Cependant ce sujet sur le diabète doit être analysé avec les élèves comme un élément de géographie humaine
et sociale qui les amène à réfléchir au comportement individuel et collectif dans une société et à ses
répercussions.
On s’attache surtout à montrer le lien fort entre la pathologie aujourd’hui, le développement des États et la
prévention.

 I Mise au point scientifique

 1/ Quelques définitions

  • Définir la santé selon l’OMS : état de santé et de bien être social, physique et mental d’une population.
  • La santé publique selon l’OMS : science et art de prévenir les maladies, améliorer la santé et la vitalité mentale et physique des individus par le moyen d’une action collective.
  • Diabète 1 : diabète insulino-dépendant DID
  • Diabète 2 : diabète de l’âge mur, diabète gras : prise en compte des glucides, féculents, fruits, laitages…
  • Carburant de l’organisme, les lipides, les graisses, les fibres qui jouent un rôle dans l’équilibre des glycémies.
  • Insuline : hormone sécrétée par le pancréas doit permettre l’utilisation du glucose par les cellules.
  • Diabète : maladie qui se caractérise par une élévation du taux de sucre (glucose) dans le sang (glycémie) au-dessus des valeurs normales plus grandes ou égales à 1.26 gl valeur OMS à jeun). Cette élévation hyperglycémie est due à une carence relative ou absolue en Insuline (cette hormone doit faire baisser le taux de glucose).
  • IMC : indice de masse corporelle (BMI en anglais Body Max Index) poids Kg % taille m2 (mètre).
  • CALDIA : étude Calédonie diabète échantillon de 10 000 personnes.
  • Percentile : correspond au pourcentage d’enfants de la population normale qui atteignent une valeur plus petite ou égale à la valeur mesurée pour l’individu.
  • Prévalence au diabète : rapport pour l’année donnée du nombre de personnes de 20 ans et plus diabétiques, à la population âgée de 20 ans et plus au milieu de la même année.

 2/ Explication médicale du diabète.

Problème de santé publique qui touche l’ensemble de la planète pays développés et pays en développement
de l’Asie Pacifique.
C’est devenu une épidémie dans de nombreux pays industriels et post industriels liée au nouveau mode de
vie et aux changements économiques des sociétés.
Les budgets de santé, de prévention sont très élevés en Océanie.

Le diabète de type 2 est celui exposé dans cette étude de cas. Son abréviation DNID (Diabète non insulino-
dépendant).
C’est une carence en insuline. Apparaît surtout après 50 ans (diabète de l’âge mur) rarement chez les sujets
jeunes et s’accompagne surtout d’une surcharge pondérale.
C’est le diabète le plus fréquent.
Par exemple en France il touche plus d’un million de personnes.

Trois axes de traitement :

  • nutritionnel prévention éducation
  • activité physique.
  • certains médicaments par voie orale.

 3/Analyse de la pathologie à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie et de l’Océanie intertropicale.

a) Mesurer l’état de santé.

Le diabète de type 2 est un grave problème de santé publique dans les îles.
Or le diabète de type 2 est une maladie évitable non héréditaire.

La prévalence du diabète dans le Pacifique est attestée comme l’une des plus élevées au monde.

C’est une maladie qui coûte cher aux États et qui est surtout liée à un manque d’information des
individus (prévention) et de mauvaises habitudes alimentaires.

Ce diabète est intimement lié à l’obésité (calcul important BMI chez les populations, CALDIA OMS).
Exemple n°1 : une femme très corpulente à l’âge mur a 80 fois plus de chances de devenir diabétique.

À travers l’ensemble des documents présentés les chiffres varient de 10% en Nouvelle-Calédonie à 40%
à Nauru :

  • Comment expliquer de tels écarts ?
  • Ainsi la prévalence au diabète n’est-elle pas identique à toutes les îles du Pacifique !
    (Travailler à plusieurs échelles).
    Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Nauru par exemple.
b) Comment expliquer les écarts ?

Quelles sont les causes à différentes échelles ?

Exemples :

  • En Nouvelle-Calédonie une étude a été menée par CALDIA (Calédonie Diabétique en 1993, les chiffres
    les plus récents) plus ceux de la réunion des ministres de la santé des pays océaniens (OMS).
  • En France métropolitaine, prévalence de 3% .
    Dans les départements et territoire d’Outre Mer 7 à 18% (La Réunion) Nouvelle-Calédonie 10,2%.
  • L’Occidentalisation récente des modes de vie montre une augmentation de la prévalence au diabète.
  • Les mutations économico-culturelles, l’exploitation intensive du nickel a permis une augmentation très
    rapide des revenus, des importations massives de produits occidentaux et en conséquence une modification
    radicale du mode de vie.
    En quelques décennies d’occidentalisation la prévalence au diabète à exploser.
    C’est donc la disparition des cultures potagères, le développement de la grande distribution, l’abandon de la
    chasse, de la pêche, de la cueillette et donc de l’exercice physique, adoption du tabagisme, des boissons
    alcoolisées, des produits sucrés, salés et des moyens mécaniques de locomotion.
    • Vieillissement de la population.
    • Transition démographique.
  • Le poids de l’environnement :
    Urbanisation, globalisation des marchés alimentaires.
    Relation étroite entre l’augmentation du revenu et l’urbanisation, mode de vie.
    Société sédentaire.

Cependant (chiffres CALDIA), la prévalence au diabète est multipliée par 1,4 chez les Mélanésiens vivant à
Nouméa par rapport aux ruraux.

Pourquoi y a t-il des différences entre Européens et Océaniens ?

Les sujets d’origine européenne n’ont pas connu de période d’insuffisance alimentaire depuis plusieurs
générations, par contre les Mélanésiens, les Océaniens de forte corpulence génétique à l’origine du mode de
vie traditionnel communautaire et rural ont eu à s’adapter en une génération du mode de vie urbain de
Nouméa, très proche des villes métropolitaines.
Wallisiens et Tahitiens ont le plus fort taux de prévalence qui s’élève à 18% .

Les facteurs génétiques des Océaniens qui autrefois leur sauvaient la vie (sélection naturelle) se
présentent aujourd’hui avec un handicap (gêne d’épargne). « Ce gène d’épargne » est un élément
supplémentaire de prévalence du diabète.
À d’autres échelles régionales peut-on comparer le développement économique des États et la santé de la
population ?

Exemple : Nauru 40% de diabétiques, un pays qui a surexploité ses ressources naturelles sans tenir compte
de l’environnement.
Aujourd’hui les populations sont condamnées à consommer une nourriture industrielle.

CONCLUSION : le diabète :
Exemple des sociétés post-industrielles ou de la pauvreté

c) Les politiques régionales de prévention.

Correction des comportements alimentaires dans les communautés (Tableau5).
Projet régional océanien de lutte contre le diabète financé par une agence australienne pour le
développement cherche à jumeler les pays insulaires du Pacifique et des universités australiennes.
Programme Diabète Today
Programme communautaire américain fait dans les territoires américains de Pacifique.

L’OMS aide les pays qui en font la demande à élaborer des prises en charge cliniques de la maladie.
Prévention chez les enfants courbe de poids.

Une étude australienne de 1983 montrait que les Wallisiens et les Polynésiens installés à Nouméa avaient
une prévalence de diabète de 12% plus grande à ceux restés à Wallis (2,6%).


titre documents joints

Le diabète en Nouvelle Calédonie et en Océanie intertropicale

23 août 2010
info document : PDF
998.1 ko

Un dossier utilisable en TSTG et en 1ST2S


Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 3154 / 909499 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Lycée  Suivre la vie du site Terminale   ?