Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

La défense et la paix

samedi 17 juillet 2010 par Dominique MONTERRAIN

Référence aux programmes :

1. Extrait du programme d’éducation civique, classe de troisième (BOEN n° 1 0, 15 octobre 1998,
hors série)

V. LA DÉFENSE ET LA PAIX (4 heures)
La Défense nationale, la sécurité collective (2 heures)
Les missions de la défense nationale sont étudiées, dans le nouveau contexte mondial et européen. Aujourd’hui, la
sécurité collective est organisée au service de la paix définie par les principes de la charte des Nations unies.

Extrait de la loi du 28 octobre 1997

Art. L 114-1. À partir de la rentrée 1998, les principes et l’organisation de la défense nationale et de la défense européenne font
l’objet d’un enseignement obligatoire dans le cadre des programmes des établissements d’enseignement du second degré des
premier et second cycles.

Bibliographie succincte :

« le soldat-citoyen, une histoire de la conscription » A Crépin, P Boulanger, documentation
photographique n°8019, février 2001

Place dans la programmation annuelle :

plusieurs possibilités (après la géographie générale du monde et la géopolitique du
monde actuel et les relations internationales de 1945 à nos jours, ou la place de la France dans le monde)

Pré-acquis indispensable :

connaître les objectifs de l’ONU
Cet enseignement a pour objet de renforcer le lien armée-Nation tout en sensibilisant la jeunesse à son devoir de défense.

Problématiques possibles
- Quelles sont les missions de la Défense nationale dans le contexte national et mondial d’aujourd’hui ?
- Comment s’organise la Défense française pour répondre à ces missions ?

Plan possible
Première leçon : montrer que l’armée ne fait pas que la guerre, mais participe, le plus souvent en étroite coopération avec des
partenaires, à des missions d’aide, de solidarité, à toutes les échelles. Il paraît judicieux d e partir d’exemples pour montrer la
diversité des opérations des armées françaises, le rôle de l’ONU et de ses agences, ainsi que celui des ONG.

Deuxième leçon : présenter la Défense nationale d’aujourd’hui, en montrant à l a fois la continuité historique de son adaptation et la
diversité de ses missions actuelles face aux nouvelles menaces.

1ère séance : les missions de la Défense nationale

Objectifs de savoir :

- Dégager les types d’interventions que réalise l’armée française.
- Montrer la diversité des thétres d’opération, de l’échelle nationale à l’échelle mondiale.
- Montrer la diversité des acteurs (coopération entre l’armée française et d’autres organismes).

Objectifs méthodologiques :

. Étudier les quatre textes : prélever des informations, les mettre en relation et les classer dans le tableau
. Travailler à l’oral lors de la mise en commun
. Rédiger un paragraphe.

Mise en activité des élèves :

1er temps : la classe est partagée en 8 groupes (nombre d’élèves par groupe à déterminer selon l’effectif de la classe). Chaque
groupe travaille sur un seul texte et complète le tableau.

2ème temps : mise en commun à l’oral du travail des groupes. Chaque groupe présente les résultats de son travail aux autres
groupes l ors d’une présentation orale. Il complète le tableau. Le groupe ayant travaillé sur le même texte peut compléter
l’information si nécessaire.
3ème temps : reprise par le professeur en insistant sur le s notions clefs constituées par la dernière ligne du tableau.
4ème temps : rédaction d’un paragraphe montrant les missions de l’armée française aujourd’hui.

2ème séance : une nouvelle défense dans un nouveau contexte

Problématique :

- Comment s’organise la Défense Nationale pour répondre à ces nouvelles missions ?
- Quelle place pour le citoyen dans la Défense nationale ?

Objectifs méthodologiques :

- Tirer des informations de documents officiels (constitution et articles de loi)
- Prélever des informations sur une bande dessinée et mise en relation avec une chronologi e
- Ré diger une conclusion

Objectifs de savoir :

- conscription
- suspension du service national
- APD

Mise en activité des élèves :

- Ré pondre aux questions sur les textes officiels
- Mettre en relation des documents
- Remplir un tableau sur les missions des armé es et les nouvelles menaces

Corrigé des tableaux :

JPEG - 77.4 ko

- De nouvelles menaces, de nouvelles missions, une nouvelle organisation
(à remplir avec les élèves, apport magistral)

JPEG - 38.2 ko

Les missions de la Défense Nationale à travers les missions récentes des forces armées de la Nouvelle-Calédonie

Quelles sont les missions de la Défense nationale dans le contexte national et mondial d’aujourd’hui, et
comment s’organise la Défense française pour répondre à ces missions ?

À l’aide des quatre articles de presse, vous complétez le tableau suivant par groupes :

Mission accomplie pour les Fanc aux Salomon

Les militaires français qui ont porté assistance aux sinistrés des Salomon sont rentrés hier soir. Leur avion de transport, un Casa, a permis
d’acheminer plus de 20 tonnes de matériel sur l’une des îles les plus sinistrées de l’archipel.
Samedi dernier, un détachement de seize militaires des forces armées de la Nouvelle-Calédonie et de quatre spécialistes de la sécurité civile s’est
rendu aux Salomon, après une première mission d’valuation conduite quelques jours auparavant. Lors de ce premier voyage, il s’agissait, pour le
chef de la division opération des Fanc, d’valuer les besoins en aide humanitaire et les moyens à mettre en œuvre.
La mission, embarquée à bord d’un Casa de l’Etom, un avion de transport bi-turbopropulseur capable d’opérer sur des pistes courtes et non
revêtues, a atterri à Honiara, sur l’le de Guadalcanal. Cet avion a du reste joué un rôle prépondérant dans l’acheminement de l’aide humanitaire
sur l’le de Gizo, l’le la plus touchée par le tsunami. « Seul un Casa peut s’y poser, explique un représentant de l’quipe. En effet, l’aérodrome est
comme un porte-avions de corail ancré à cinq minutes en bateau de l’le de Gizo. Le pont aérien mis en place entre Honiara et Gizo a représenté
un véritable challenge pour l’quipe du Casa, chargé de 2 à 3 tonnes de fret humanitaire sur chaque rotation. » Dès l’arrivée des militaires
français, leur poste de commandement avancé a ainsi pu coordonner les demandes logistiques vers Gizo. Et le Casa participer activement au
pont aérien.
22 tonnes à bout de bras
Une fois sur place, le travail des secouristes s’est essentiellement déroulé à l’hôpital de Pitiana, sur l’le de Gizo. Le médecin chef du centre
médical Interarmées de Nouméa et son équipe de deux infirmiers et de deux secouristes de la Croix-Rouge de Nouvelle-Calédonie ont soigné
enfants et nourrissons et apporté des soins aux blessés. Les pathologies le plus souvent constatées par l’quipe médicale restent les diarrhées et
les infections des plaies, eu égard au manque d’eau potable. Par ailleurs, environ 5 000 personnes ont été déplacées dans des camps où les
conditions sanitaires restent rudimentaires. Trente-cinq personnes ont trouvé la mort durant la catastrophe.
Au total, le Casa des Fanc a permis d’acheminer quelque 22 tonnes de fret sur l’le la plus sinistrée. Du matériel chargé, transporté et déchargé le
plus souvent à la main par l’quipe des Fanc, qui vient d’achever sa mission. Hier soir, les militaires ont atterri à La Tontouta.

D’après les Nouvelles Calédoniennes du 12/04 /2007

Novembre 1999 à janvier 2000 : Opération Santal (Opération du maintien de la paix dans
le Timor oriental sous le contrôle de l’ONU)

Après le référendum du 30 août 1999 et la victoire des indépendantistes, le Timor oriental a vécu
des heures douloureuses. L’Interfet (International Force East Timor) est intervenue pour rétablir
la paix et apporter son aide à la population. Cette opération fut décidée par le conseil de
sécurité de l’ONU. La Marine nationale a contribué à cette opération en y envoyant le
Vendémiaire, le Prairial, le Siroco et enfin le
Jacques Cartier qui quitte la Nouvelle Calédonie le
20 novembre 1999. Après avoir pris la relève du
Prairial, le Batral accoste à Darwin (Australie) ou
les premiers contacts sont établis avec l’Interfet.
Dès le lendemain, le Jacques Cartier fait route
vers Dili, capitale du Timor oriental, où il arrive le 2 décembre 1999 avec un premier chargement
(matériaux de construction, palettes diverses pour les ONG,...) qu’il déchargera le lendemain,
avant de repartir dans la soirée vers Darwin. Au 2ème passage à Dili, les marins du Jacques
Cartier découvrent la ville et ses maisons détruites. Les pluies abondantes ayant endommagé les
routes, le Batral est sollicité pour effectuer un transport de Dili à Suaï, sur la côte sud de l’île. Le
débarquement s’effectuera par LCVP. Pour le retour vers Darwin, un groupe de soldats
canadiens et leur matériel embarqueront à bord. Noël à Darwin au mouillage, puis le nouvel an à quai. Le 12 janvier 2000 au plan incliné du
port de Dili, ultime étape du périple, le Batral embarque les derniers véhicules et matériels du détachement de l’armée de terre déployé au
Timor oriental. C’est la fin de l’engagement français dans cette opération. Deux semaines plus tard, le 26 janvier au matin, et après avoir fait
une escale de ravitaillement à Cairns, le Jacques Cartier retrouvait la Nouvelle-Calédonie.

Cols Bleus n°2522 du 18 mars 2000 / photo Marine nationale

L’armée de l’air célèbre ce samedi les trente ans de présence en Nouvelle-Calédonie de l’Etom 52 Tontouta,
dont les avions et les hélicoptères font partie intégrante de la vie calédonienne.

Trois avions Casa, cinq hélicoptères Puma, deux Fennec, trois hangars, plus de 200 personnels civils et militaires...
Trente ans après sa création, le 1e r avril 1976, l’Etom 52 (Escadron de transport outre-mer) a bien grandi. Il est
aujourd’hui le plus important de l’outre-mer français. Il est surtout parfaitement intégré à la Calédonie. Évacuations
sanitaires, secours en mer, assistance humanitaire après cyclones : c’est bien davantage pour leurs missions civiles que
pour leurs missions militaires que les Puma sont connus en Calédonie.
Transports et manœuvres
Unité opérationnelle, l’Etom est à la disposition du général. Ses missions sont de concourir « à la mobilité, à
l’engagement et au soutien des forces armées en Nouvelle-Calédonie, dans un cadre national ou international ». C’est à
ce titre que Casa, Puma et Fennec effectuent de la reconnaissance aérienne, des héliportages, des largages de
personnels et de petits colis. C’est à ce titre également qu’ils participent à l’affirmation de la souveraineté française sur
les îlots Walpole, Matthew et Hunter, et qu’ils participent aux manœuvres militaires : Croix du Sud en Calédonie, Skytrain
en Nouvelle-Zélande, Pacific Airlft Rally en Australie ou Marara en Polynésie.
Mais c’est surtout pour leurs missions civiles qu’ils sont connus et appréciés du grand public, même s’ils ont été
peinturlurés ou qu’on leur a tiré dessus à l’poque des Événements.
Évasans et cyclones
Une cinquantaine d’vacuations sanitaires, dont quinze en Casa médicalisé (notamment depuis Wallis) ont été réalisées
par l’escadron en 2004. Certaines, dans les deux dernières décennies, ont été rocambolesques. Celle par exemple d’un
malade des Bélep, récupéré de nuit par un Puma après qu’un Fennec ait approché le terrain avec des jumelles de vision
nocturne pour le baliser...
Naufrage du Maribot, du Konému ou tout dernièrement du Saint-Vincent : l’Etom est aussi l’ange gardien des marins.
Premier moyen de rétablissement du contact avec les populations isolées, il est intervenu partout dans le pays après les
cyclones. Il a livré sous élingues des matériaux dans les tribus isolées, comme Ouayaguette, assuré des ponts aériens,
comme entre Wallis et Futuna après le cyclone Raja, desservi les îles du Vanuatu après Betsy. Il est même allé jusqu’en
Papouasie livrer des médicaments après une inondation, ou des vivres en période de sécheresse et de famine.

Les Nouvelles Calédoniennes du 26/10/2006

Les Gardians surveillent les eaux calédoniennes
Le Gardian décolle trois fois par semaine pour des missions de surveillance maritime. À 6 000 mètres d’altitud e, l’équipage
détecte les bateaux qui circulent dans les eaux calédoniennes. Simplement pour savoir ce qui se passe chez nous.
Ces 3 avions ont plusieurs missions :
- celles de surveiller nos côtes et la zone économique exclusive (200 km) pour contrôler les bateaux de pêche sans autorisation,
surveiller l’entrée de bateaux étrangers et connaître leurs intentions et destinations.
- celles de surveiller les bateaux pour repérer les dégazages (pollution).
- celles de veiller aux secours dans le cadre de La search and rescue region (SRG) : zone de compétence française reconnue
internationalement dans laquelle la France est compétente pour le secours en mer. D’une superficie d’environ un million de km2,
elle englobe le Vanuatu et est, en partie, commune avec celle de l’Australie. Wallis-et-Futuna n’en fait pas partie.
En cas d’infraction de bateaux, les militaires des Gardians communiquent avec le Haut-Commissariat : « Nous transmettons au
centre opérationnel interarmées. Ils traitent les informations et sont en liaison avec le Haut-Commissariat qui décide en dernier
ressort, souligne Thierry Peverengo. Nous sommes quand même autorisés à dresser des procès verbaux pour pollution. Ils sont
ensuite transmis au procureur de la République. Il peut y avoir des amendes importantes à la clef… ».

D’après les Nouvelles Calédoniennes du 23/02/ 2002
JPEG - 17.8 ko

Rédiger quelques phrases montrant la diversité des missions de l’armée française aujourd’hui.

Une nouvelle Défense dans un nouveau contexte : quelle place pour le citoyen ?

Document n° 1. Extraits de la Constitution de 1958

Art. 5. Le Président de la République veille au respect de la Constitution. […]. Il est garant de l’indépendance
Nationale, de l’intégrité du territoire, et du respect des traités.
Art. 15. Le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et comités supérieurs de la
défense nationale.
Art. 21. Le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement. Il est responsable de la défense nationale. […] Il
supplée, le cas échéant, le Président de la République dans la présidence des conseils et comités prévus à l’article
15. […]
Art. 35. La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

Quels sont les pouvoirs du chef de l’Etat qui apparaissent dans cet article de la constitution ?

Quels sont les pouvoirs du Parlement ?

Document n° 2. Extraits de la loi du 28 octobre 1997

Art. L 112-2. L’appel sous les drapeaux est suspendu pour tous les Français qui sont nés après le 31 décembre 1978
[…]. Il est rétabli à tout moment par la loi dès lors que les conditions de la défense de la Nation l’exigent […].
Art. L 114-2. […] est organisé pour tous les Français l’appel de préparation à la défense auquel ils sont tenus de
participer. L’appel de préparation à la défense a lieu entre la date du recensement des Français et leur dix-huitième
anniversaire. Il dure une journée. À l’issue de l’appel de préparation à la défense, il est délivré un certificat individuel
de participation.

Que signifie « appel sous les drapeaux » ?
Que prévoit la loi de 1997 concernant l’appel sous les drapeaux ?
Qui doit faire l’APD ? Quand doit-on effectuer l’APD ?

Document n° 3. Petite histoire du service national

Dominique Monterrain, professeur agrégé d’histoire-géographie

titre documents joints

La défense et la paix

22 août 2010
info document : PDF
255 ko

Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 3145 / 456657 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Collège  Suivre la vie du site Troisième   ?