Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale et l’historien

vendredi 14 mars 2014 par Sophie DON

ÉTUDE CRITIQUE DE DOCUMENT(S)/ TERMINALE ES-L

Sujet : Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale et l’historien.

Consigne : à travers une étude critique des documents montrez qu’il existe des mémoires plurielles de la Seconde Guerre mondiale tout en expliquant le rôle joué par les historiens.

Documents

Document 1 : Mémoire et approche scientifique des historiens.

Évènement exceptionnel, honneur de la France et honneur de l’homme, [la Résistance] a une portée pour hier, pour aujourd’hui, pour demain. […] Seulement comme tous les grands évènements, et à cause même de sa richesse et de sa dimension, la Résistance se prête à la légende – c’est la « légende du siècle » - et à la glorification, à la mythification. Ses obscurités, ses énigmes l’écartèlent entre l’apologétique et la polémique […].
C’est ici qu’intervient la seconde responsabilité des historiens : leur responsabilité scientifique. Il s’agit de débrouiller l’écheveau, d’opérer un décryptage minutieux et scrupuleux, en évitant toute exagération, toute image d’Épinal, toute légende dorée […]. Certes, la mémoire est un de nos devoirs, mais la transmission de la mémoire passe par l’exigence de vérité.

François Bédarida, « Les Aubrac[1] et les Historiens. Le Débat », supplément de Libération, 9 juillet 1997.

[1]Raymond et Lucie Aubrac sont deux figures de la Résistance française disparus en 2012 et 2007.

Document 2 :

JPEG - 524.3 ko
Le Premier ministre Lionel Jospin dépose une gerbe devant le monument commémoratif de la rafle du Vel’d’Hiv à Paris le 20 juillet 1997
Photo Jacques Demarthon / AFP

++++Correction

INTRODUCTION

Amorce : une ou deux phrases qui situent le contexte de l’étude.
La fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945 ouvre une période inédite où ceux qui ont vécu le conflit et les historiens tentent de faire émerger leur vérité sur cette période tourmentée.

Présentation du sujet. Définition des mots importants de la consigne.
Dans ce contexte les documents proposés invitent à nous interroger sur les différentes visions et souvenirs de la guerre qui apparaissent jusqu’à une période récente et sur la manière dont les historiens se sont peu à peu affirmés pour imposer un récit plus objectif et complexe de la réalité du conflit.

Présentation des documents.
Le premier document est précisément un exemple de travail de l’historien François Bédarida sur la mémoire de la Résistance, paru dans un magazine grand public supplément du quotidien français Libération en 1997. Le second document est une photographie, de la même année, montrant le Premier ministre Lionel Jospin, se recueillant devant le monument commémoratif de la rafle du Vel’d’Hiv ; dont l’inscription est visible dans un encadré.

DÉVELOPPEMENT

Thème du 1er §
À partir de 1945 et jusqu’à la fin des années 1990 plusieurs mémoires de la Seconde Guerre mondiale vont se faire entendre dans la société comme autant de visions différentes sur la manière de vivre et d’interpréter le conflit.
François Bédarida évoque l’importance de la mémoire de la Résistance « évènement exceptionnel, honneur de la France et honneur de l’homme » et qui a « une portée pour aujourd’hui, pour demain ». En effet, dès la Libération de Paris en 1944 se construit l’image d’une France toute résistante derrière de Gaulle organisant le combat depuis Londres. Les phrases du discours de l’hôtel de ville utilisées par le général dans une capitale en liesse ; « Paris martyrisé ! Mais Paris libéré par le concours des armées de la France, de la France toute entière (…) éternelle » inaugure un mythe Résistancialiste ; entretenu ensuite par la construction du Mémorial de la France combattante en 1960 autour d’une immense Croix de Lorraine et le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon en 1964. Par la mise en avant d’un héros, la société française aime à s’identifier aux valeurs de courage et d’engagement contre l’Occupant défendues par les réseaux de Résistance. Cette mémoire s’impose comme un souvenir-écran et laisse dans l’ombre d’autres visions du conflit parfois moins glorieuses.
La photographie met en avant, au contraire, la mémoire du génocide juif et en particulier l’arrestation de plus de 13000 Parisiens de tous âges en 1942 avant leur déportation vers les camps de la mort. La médiatisation de cette mémoire est récente. Dans les années 1950 les déportés rescapés ne parlent pas ; tiraillés entre la honte et la douleur d’une expérience de mort inédite à laquelle ils ont survécu. Il faut attendre les années 1970 et 1980 pour voir la mémoire du génocide percer dans la société française et donc largement nuancer le mythe d’une guerre résistante et héroïque de la population. Des procès comme celui de l’ancien SS Klaus Barbie en 1983 ; des films comme Shoah en 1985, fait uniquement de témoignages, ou le récit d’enfance du réalisateur Louis Malle Au revoir les enfants en 1987 ; montrent une vision jusqu’à présent peu connue de la guerre : l’organisation des camps, l’arrestation massive d’enfants, la dénonciation mais aussi la collaboration de Français au système mis en place par l’Occupant. C’est précisément aussi la mémoire de la collaboration et de la compromission de l’État français pendant la guerre que met en avant la photographie. Lionel Jospin représente l’État français et s’incline ici devant des actes perpétrés par la France : « par la police du gouvernement de Vichy sur ordre des occupants nazis ».
Sa démarche officielle où l’État français assume son histoire, bien loin du mythe résistancialiste, fait suite au discours du Président Jacques Chirac en 1995, au même endroit, où il reconnaissait pour la première fois au nom de la France la responsabilité de l’État français.
Transition + annonce du thème 2
Ainsi au fil des générations, différentes mémoires de la Seconde Guerre mondiale se sont exprimées dans l’espace public. La mémoire de la Résistance, omniprésente dans les années d’après-guerre « à cause même de sa richesse et de sa dimension » comme l’indique François Bédarida, s’est atténuée face à l’affirmation de mémoires concurrentes et parfois contradictoires. Les historiens, tout en accompagnant l’affirmation de ces différentes visions, ont tenté de faire acte d’Histoire.

Les orientations de correction du 2e thème sont indiquées plus succinctement.

CONCLUSION

Depuis 1945 la société française a procédé à un véritable travail de mémoires en permettant à des mémoires parfois contradictoires de s’exprimer. Cette démarche d’expression est nécessaire car elle constitue une source pour l’historien. Il fera acte d’Histoire pour approcher la vérité d’un passé toujours complexe par le croisement et la critique de ses données.


titre documents joints

Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale et l’historien

14 mars 2014
info document : PDF
649.8 ko

Proposition d’étude critique de documents en Terminale ES-L.


Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale et l’historien

14 mars 2014
info document : PDF
482.1 ko

Proposition de correction de l’étude critique de documents


Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 30214 / 456879 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Enseigner  Suivre la vie du site Lycée  Suivre la vie du site Terminale   ?