Votre navigateur ne lit pas le format Flash

HG/NC Le site académique d'histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie

L’Océanie intertropicale : les Etats (1/2)

vendredi 20 août 2010 par Michel LEXTREYT

 É.F.M. (États Fédérés de Micronésie)

Type de gouvernement : République fédérale

Tableau de bord

Population : 111 000 hab. (2009)
Superficie : 701 km2
Densité : 158 hab. / km2
Capitale : Palikir
Monnaie : dollar US
PIB / hab. : 2 183 dollars US
Taux de croissance (2007) : - 3 %
IDH : 0 ,752

Données 2009 (sources croisées : CPS, Banque mondiale, Index mundi, OMS, FMI)

Aperçu géographique

Les États fédérés de Micronésie (ÉFM) se situent dans le Pacifique occidental. Ils se composent d’une série de 607 îles et
îlots dispersés sur 2 900 km d’ouest en est et sur plus de 3 millions de km2. Ces îles sont soit des atolls coralliens soit de
petites îles montagneuses avec par endroits des affleurements volcaniques. Elles se répartissent en quatre États : Yap, Chuuk
(anciennement Truk), Pohnpei (anciennement Ponape) et Kosrae. Le climat est très humide (8 400 mm sur Phonpei) et les
ÉFM sont sujets à de fréquents passages cycloniques.

Situation économique

Les États Fédérés de Micronésie doivent faire face à de nombreuses contraintes liées à leur isolement et à leur
dispersion en une poussière d’îlots sur un vaste espace maritime. De fait, ils sont sans grandes ressources et leur
économie est tributaire de l’aide extérieure, surtout étasunienne. La majorité des 111.000 habitants dépend de
l’agriculture et de la pêche de subsistance. L’agriculture commerciale produit de l’huile de palme, du coprah, de
la banane, de la patate douce et du poivre. L’industrie se résume à des conserveries de thon et au textile. Le pays
exporte également du corail pour la joaillerie. Il peut également compter sur une activité touristique qui se
développe surtout sur l’atoll de Chuuk, où l’on peut visiter un cimetière d’épaves de navires de guerre japonais.
Mais les EFM sont confrontés à de nombreux problèmes liés à la faiblesse des infrastructures de communication,
à l’inégalité entre les régions qui se renforce en raison de l’exode vers les zones urb aines, où se concentre
l’essentiel du développement économique, à un état sanitaire préoccupant (obésité, maladies cardio-vasculaires,
diabète) et à la vulnérabilité aux catastrophes naturelles (nombreux cyclones) et au réchauffement climatique.

Vers l’indépendance

Les ÉFM furent occupés par les Allemands, puis par les Japonais (sous mandat de la SDN), avant de
faire partie
des « Territoires sous tutelle des îles du Pacifique » (TTIP), confiés aux États-Unis le 15 septembre
1944 par un mandat des Nations unies. Les six districts des TTIP (dont les quatre qui formeront plus
tard les ÉFM) ont été administrés d’abord par la Navy (jusqu’en 1951), puis par le ministère de
l’Intérieur, jusqu’en 1986. L’évolution vers l’indépendance s’est faite très progressivement. Ainsi, dès
1949 est institué un conseil consultatif des six districts, qui commence à se réunir en 1956. En 1964,
est créé un Congrès bicaméral qui se réunit pour la première fois en 1965 et propose aussitôt
l’adoption d’un drapeau des TTIP. En 1975, le Congrès provoque la convocation d’une convention
chargée de rédiger une constitution. En 1978, par voie de référendum, quatre des six districts formant
les TTIP forment un État fédéral qui devient les ÉFM (États Fédérés de Micronésie), alors que les îles
Marshall et les Palaos choisissent une évolution séparée vers l’indépendance. En 1979, l’autonomie
interne est proclamée pour les quatre districts qui ratifient une nouvelle constitution et deviennent
officiellement les États fédérés de Micronésie. En 1982, les ÉFM signent un accord de libre
association avec les États-Unis. Cet accord entre en vigueur en 1986. En 1990, la fin de la tutelle est
ratifiée par les Nations unies et les ÉFM entent à l’ONU en 1991.

Institutions et vie politique

Institutions

Les ÉFM sont une République fédérale. Le pouvoir exécutif est entre les mains
d’un Président q ui est aussi chef du gouvernement. Le pouvoir législatif est entre
les mains d’un Congrès qui compte 14 membres, dont dix sont élus pour deux ans
dans des circon scriptions à siège unique et quatre au scrutin proportionnel pour
quatre ans. Le Président et son vice-président sont élus par le Congrès parmi les
quatre députés élus au scrutin proportionnel. Leurs sièges sont alors repourvus à
l’occasion d’élections spéciales. Le pouvoir judiciaire est détenu par la Cour
suprême, dont les juges sont nommés par le Président sur recommandation, et
approbation, du Parlement.

Vie politique

Il n’y a pas de parti politique constitué dans les ÉFM. Le jeu politique dépend ainsi
largement des relations familiales ou traditionnelles, sans qu’il y ait vraiment débat
d’idées.

Le Président actuel (2009) est Manny Mori, élu le 11 mai 2007

Les défis à relever

Une analyse de l’Union européenne

La stratégie se concentre sur le secteur de l’eau et de l’énergie, plus particulièrement les énergies renouvelables. En pratique,
il s’agira d’offrir et d’installer des systèmes d’énergie renouvelables dans les zones rurales, les îles de la périphérie. En
mettant l’accent sur l’offre d’énergies renouvelables fiables et rentables et en encourageant l’efficacité et l’autosuffisance
énergétiques, la stratégie entend contribuer à réduire les déséquilibres régionaux ainsi que les coûts et promouvoir un
environnement plus propre. Les ÉFM disposent d’une immense zone économique exclusive, et la pêche est donc une
ressource clé. Toutefois, le développement de ce secteur est confronté à plusieurs défis environnementaux, comme la
surpêche, les pratiques de pêche destructives, la pollution, les déchets, la mauvaise gestion du développement côtier et le
changement climatique. En raison de l’importance de ce secteur, un accord de partenariat entre l’UE et les ÉFM dans le
domaine de la pêche est entré en vigueur en février 2007. Une partie de l’aide financière de l’UE servira à aider les ÉFM à
définir et à mettre en œuvre une politique de la pêche, ce qui les aidera à mieux gérer leurs ressources de pêche d’une
manière durable et responsable. L’accord entend aussi lutter contre les activités de pêche illicites, non réglementées et
clandestines dans les ÉFM. 

Commission européenne, actualisé le : 03-04-2008

titre documents joints

Kiribati

21 août 2010
info document : PDF
147.5 ko

États Fédérés de Micronésie

21 août 2010
info document : PDF
124.6 ko

Fidji

21 août 2010
info document : PDF
223.1 ko

Contact | Statistiques du site | Espace privé | | Visiteurs : 1002 / 869997 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Se documenter  Suivre la vie du site Histoire  Suivre la vie du site Période contemporaine   ?